Publié le mercredi 14 juin 2017 17:00 | Mis à jour le mercredi 14 juin 2017 15:03

Tout se met en branle dans trois semaines : 43e saison au Camp Le Terrier

Jean Lacaille

DÉLÉAGE - Quelque 120 jeunes de la Vallée-de-la-Gatineau et de l’extérieur sont attendus au Camp Le Terrier du lac Achigan à Déléage pour une 43e saison d’activités. D’ici trois semaines, ça va bouger sur le site.

«Aujourd’hui, c’est notre journée portes ouvertes au cours de laquelle les familles sont invitées à visiter nos installations, à vivre une expérience au camp où elles peuvent pratiquer le tir à l’arc, les cordes de Ninja, la baignade, le canot-kayak. C’est du plein air à 100 %» indique la directrice du camp, Michelle St-Amour.

Une expérience enrichissante

Quelque 120 jeunes à raison de 20 jeunes par semaine pour les six prochaines semaines sont attendus au camp. Ces jeunes proviennent, majoritairement, de milieux défavorisés. Ils sont âgés entre 6 et 12 ans. «Notre mission première est de venir en aide aux familles défavorisées afin de permettre aux enfants de vivre une expérience qu’ils n’oublieront jamais», ajoute Michelle St-Amour.

Chaque jeune peut y séjourner pour cinq nuits au coût de 385 $ incluant l’hébergement, la nourriture, les activités et le transport en autobus de Maniwaki jusqu’au camp. Et les inscriptions vont bon train. Plus de jeunes sont actuellement inscrits par rapport à la même période l’an dernier.

«Les jeunes s’habituent rapidement au rythme du camp. Ils se couchent tôt et se lèvent tôt. Dès 7h le matin, ils se lèvent pour le petit déjeuner et ils sont pris en charge par les membres de notre personnel qui comprend quatre animateurs et un coordinateur-sauveteur. C’est sans compter sur les six animateurs et deux intervenants de notre camp de jour. Je crois que nous allons connaître une très belle saison au camp cette année», rajoute Michelle St-Amour.

Toujours une question d’argent

L’argent est le nerf de la guerre. Pour maintenir le camp ouvert, il a fallu ajuster la mission il y a sept ans. «Nous avions alors à prendre des décisions. Nous avons exercé un meilleur contrôle de nos dépenses si bien que ça mieux maintenant. Nous allons souligner notre 45e anniversaire dans deux ans. Il semble que nous sommes en avance sur les inscriptions par rapport à l’an dernier. C’est excellent. Nous sommes prêts pour notre 43e saison», précise Claude Miner, du Club Optimiste de Maniwaki qui gère le Camp Le Terrier et qui fait de l’excellent travail.

  

 

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?