Publié le mercredi 17 mai 2017 17:08 | Mis à jour le vendredi 12 mai 2017 14:12

Suicide Détour : Un relais pour prévenir le suicide

Web de La Gatineau

MANIWAKI - La détresse psychologique est difficile à détecter. Les personnes suicidaires ont tendance à s’isoler et les proches sont souvent fort déroutés par leur comportement. Ils ne savent pas quoi faire, surtout qu’ils sont émotionnellement impliqués. Dans bien des cas, les ponts ont été coupés entre la personne suicidaire et ses proches.

Suicide Détour est en train de créer un réseau de Sentinelles en prévention du suicide.  L’objectif est de faire le relais entre les personnes suicidaires et les ressources d’aide. «Il faut soutenir la personne pour qu’elle demande de l’aide, car souvent, il y a beaucoup de honte, de préjugés et de tabous liés à la détresse psychologique, explique Marie-Eve Tessier, intervenante à Suicide Détour et formatrice Sentinelles. Ce n’est pas comme avoir une jambe cassée,  les gens ont peur de se faire juger.»

Pour créer un réseau de Sentinelles en prévention du suicide, on identifie des milieux en fonction des groupes à risque. Ensuite, on fait une sélection des personnes intéressées. «Pour nous, c’est important que ce soit volontaire, explique Marie-Eve Tessier. Les Sentinelles sont des personnes ayant reçu une formation, mais, attention, ils ne deviennent pas des intervenants pour autant. Ils savent reconnaître les signes de détresse et savent quoi faire par la suite. C’est comme le RCR, mais pour le suicide. Par la suite, chaque année les Sentinelles ont une rencontre de suivi où l’on fait de la formation continue et répond aux questions spécifiques du milieu. C’est aussi une façon de garder le réseau vivant et de voir comment les Sentinelles peuvent s’impliquer au cours de l’année.

Depuis 2013, la CSHBO à son réseau Sentinelles. Les rencontres de suivi permettent également à Suicide Détour de connaître les problématiques des 2 écoles secondaires et d’offrir une gamme d’ateliers adaptée aux élèves. C’est l’occasion également pour les Sentinelles d’échanger sur leurs préoccupations. 

«Cette année nous sommes en contact avec les pompiers de la MRC pour y créer également un réseau Sentinelles», ajoute Marie-Eve Tessier. Les personnes intéressées à devenir Sentinelles peuvent communiquer cette dernière chez Suicide Détour 819 441-1010.

 

             Météo  •  Tourisme

Vous êtes un pêcheur ou un plaisancier et vous vous promenez sur plusieurs plans d’eau, lavez-vous votre embarcation/remorque avant chaque mise à l’eau pour débarrasser vos équipements d’une potentielle contamination par des espèces envahissantes ?