Publié le mercredi 9 août 2017 18:11 | Mis à jour le mercredi 9 août 2017 18:12

Projet de centre multiservices : Assemblée publique mercredi 16 août

Sylvie Dejouy

MONTCERF-LYTTON  - Le projet de centre multiservices«Le cœur du village de Montcerf-Lytton» progresse. Durant leur rencontre d’août, les élus ont adopté un règlement d’emprunt de 99 000$. Par ailleurs, le contrat emphytéotique conclu avec la coopérative a été déposé. Prochaine étape : la population est conviée à une assemblée publique mercredi 16 août à 19h au centre municipal. Ensuite, il y aura la tenue d’un registre le 20 août : les personnes souhaitant un référendum sont invitées à venir le signer. Il faudra au moins 77 signatures pour que la municipalité soit obligée d’organiser un référendum. Comme le précise le maire, Alain Fortin, «même si des personnes viennent signer le registre, ça ne veut pas dire qu’elles sont forcément contre le projet, elles peuvent simplement vouloir que la population se prononce sur ce projet». Si le référendum n’est pas nécessaire, il ne manquera plus que l’approbation du ministère des Affaires municipales. Le montant de 99 000$ servira à acheter le bâtiment et accorder une aide de 40 000$ à la coopérative.                   

Parmi les autres points à l’ordre du jour, deux subventions accordées par Stéphanie Vallée pour effectuer des travaux sur des chemins ont été abordées : l’une de 32 417 $ ; l’autre de 37 500 $ échelonnée sur trois ans, qui est accordée car Montcerf-Lytton a été touchée par les inondations ce printemps. «Les municipalités qui ont été touchées par les inondations ont accès à des fonds supplémentaires pour les aider à réparer les dommages», précise Alain Fortin.

Chaque année, la municipalité a aussi droit à une subvention pour les chemins à double vocation. «Comme on a plus de 1 000 voyages par année, on a accès à des fonds supplémentaires, explique Alain Fortin. On reçoit un petit montant de 14 000$ mais depuis plusieurs années je dis que ça devrait être bonifié. À partir de 1 000 voyages, on a 832$ du kilomètre utilisé par les compagnies. Qu’il en passe 1 000 ou 10 000, c’est le même montant mais les dommages ne sont pas les mêmes. C’est illogique.»

Le conseil a décidé de répondre favorablement à la demande d’appui financier de la municipalité de Ristigouche-Partie-Sud-Est, située en Gaspésie. Depuis août 2013, la firme pétrolière Gastem poursuit cette petite municipalité en dommages et intérêt pour l’adoption en mars de la même année d’un règlement interdisant tout forage pétrolier à moins de deux kilomètres des sources d’eau potable du village de 157 habitants dépendant tous de puits artésien. Confrontée à une hausse de ses frais de défense dans la poursuite de 1,5 million $ initiée par Gastem, la municipalité a décidé de demander l’aide de toutes les municipalités québécoises. «On a donné un montant de 100$, explique Alain Fortin. Ça semble symbolique mais si toutes les municipalités se mettent ensemble ça va les aider. On est conscient qu’une telle poursuite pourrait nous arriver.»

Le maire travaille toujours avec le service de génie de la MRC sur un plan d’intervention afin de mettre à niveau les chemins sur l’ensemble du réseau. Le conseil a décidé d’octroyer un mandat aux ingénieurs de la MRC afin de préparer les plans et devis pour des travaux d’environ 4 300 000$. «L’ensemble de notre réseau routier est en piètre état, commente Alain Fortin. Il faut vraiment donner un coup de barre. Si tout va bien, on aurait accès à près de 3 500 000$ de subvention.»

Concernant le projet d’aménagement d’une surface multifonctionnelle couverte, la demande de subvention déposée dans le cadre du Fonds chantiers Canada-Québec a été refusée. «On nous a dit que le fonds est épuisé, explique Alain Fortin. Mais d’autres fonds seront disponibles dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives dans la prochaine année, donc on va surveiller ça de près car on abandonne pas l’idée.»

 

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?