Publié le mercredi 14 juin 2017 17:00 | Mis à jour le mercredi 14 juin 2017 14:32

Pour une deuxième édition : Retour des Confréries en fête

Sylvie Dejouy

MESSINES  - Les Confréries de l’Outaouais poursuivent leur progression : elles présenteront, du 2 au 9 septembre, la deuxième édition de l’évènement «Confréries en fête». Les détails ont été dévoilés lundi à l’occasion d’une conférence de presse dans la salle municipale de Messines.

L’évènement est intégré aux festivités entourant la célébration du 150e anniversaire de la Confédération du Canada. Il est par ailleurs soutenu par la MRC Vallée-de-la-Gatineau. Cette nouvelle édition comporte deux volets. Il y aura d’abord un volet urbain qui se déroulera dans la région de la Capitale nationale pendant deux jours. Au programme notamment : visite du musée de l’histoire et du parlement. Pour l’occasion, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, sera intronisé au rang de Chevalier d’honneur. 

Ensuite, un volet rural se déroulera dans la Vallée-de-la-Gatineau pendant 5 jours durant lesquels les richesses touristiques, produits du terroir, le patrimoine et la culture amérindienne seront mis en valeur. L’horaire prévoit notamment une visite du mont Morissette, de Kitigan Zibi, du Centre d’interprétation du cerf de Virginie et du Centre d’interprétation de la protection de la forêt contre le feu. Le jeudi 7 septembre, à 15h, les confréries marcheront jusqu’à l’église de Messines pour l’intronisation des récipiendaires des confréries françaises présentes. Ensuite, il y aura un repas à la salle municipale, à compter de 18h, avec animations et produits du terroir. 

Les trois confréries de l’Outaouais (la Confrérie des Chevaliers des produits de l’érable du Québec, la Confrérie du doré du Québec et la Confrérie des petits et grands gibiers du Québec) accueilleront 50 dignitaires représentant 10 confréries françaises provenant de la Sarthe, la Champagne, la Provence Côte-d’Azur, l’Auvergne, la Bourgogne, ainsi que trois autres confréries québécoises. «Elles deviendront des ambassadrices de notre région hors de nos frontières, commente Pierre Cardinal, qui a chapeauté la conférence de presse. Découvertes, émotions, partage, fraternité, échanges seront les maîtres mots de cette assemblée.»

Les objectifs sont multiples : faire découvrir au grand public la culture des confréries et peut-être susciter des nouvelles vocations de Chevaliers et Dignitaires ; faire découvrir les artistes et les produits du terroir de la région ; rassembler les producteurs de la région pour la promotion commune de leurs produits ; faire de Messines le lieu d’un grand rassemblement des confréries en Outaouais et au Québec. Les retombées économiques seront importantes et cet évènement contribuera à faire rayonner l’Outaouais au Québec mais aussi à l’international. 

En plus de la MRC, les municipalités de Messines, Blue Sea, Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau, la Ville de Maniwaki, plusieurs associations comme Auvergne-Québec Francophonie, et Québec-France Outaouais, ainsi que d’autres organismes et la Ville de Gatineau, ont accepté de participer activement à la réussite de cet évènement.

Historique des confréries

Issues de l’époque médiévale en Europe et basées sur la solidarité et l’entraide, les confréries ont disparu sous la révolution de 1789. Elles sont réapparues en 1950 sous forme de confréries gastronomiques et vineuses alliant folklore, tradition et promotion. Le mouvement s’est accéléré à partir de 1960 avec le développement du tourisme agricole. Aujourd’hui, rien qu’en France, on compte plus de 800 confréries qui mettent en valeur les produits du terroir, le patrimoine et les particularités des régions. 

Dans la région, Outaouais confréries en regroupe trois : celles des Chevaliers des produits de l’érable, du doré du Québec, des petits et grands gibiers du Québec. Elles ont chacune pour marraine une confrérie française soit, dans l’ordre, la Confrérie des rillettes sarthoise à Mamers, la Confrérie des vignerons de Sézanne en Champagne et la Confrérie des trois ceps de Bourgogne. 

 

             Météo  •  Tourisme

Que pensez-vous de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics ?