Publié le mercredi 10 mai 2017 17:25 | Mis à jour le mercredi 10 mai 2017 14:25

États financiers : Plus de 130 000$ de surplus

Sylvie Dejouy

SAINTE-THÉRÈSE-DE-LA-GATINEAU - Les états financiers 2016 ont été présentés durant la rencontre de mai du conseil municipal. La municipalité a terminé l’année avec un surplus de 133 107$. «C’est une belle surprise, commente le maire, André Carle. Ça va nous permettre de renflouer les comptes qui étaient passablement bas. En 2014, on était même en déficit dans notre réserve accumulée.»

Parmi les autres points à l’ordre du jour, la municipalité a décidé de déposer une demande d’aide financière dans le cadre du Programme d’infrastructures Québec-municipalités afin de rafraichir l’extérieur de la caserne incendie. L’objectif serait de réaliser ces travaux cette année. Si la demande est acceptée, cela permettra de financer 70% du coût total et le reste sera payé par la municipalité.

Les centres d’interprétation du doré jaune à Grand-Remous, de la protection de la forêt contre de feu à Maniwaki et du cerf de Virginie à Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau, s’associent de nouveau cette année afin de faire imprimer des napperons promotionnels pour les trois centres, qui seront distribués dans les restaurants de la région. Une demande d’aide financière a donc été déposée à la MRC dans le cadre d’un appel de projets en culture.

Les élus ont décidé de répondre favorablement à une demande du comité des loisirs pour une avance de fonds afin d’acheter un module de jeu pour l’école. «Ils vont recevoir une subvention, explique André Carle. Ils vont aussi organiser des activités pour collecter de l’argent. Mais on a accepté d’avancer les fonds pour que les travaux ne soient pas retardés.»

Un règlement concernant le refuge du bûcheron a été adopté. Il fixe une nouvelle tarification, qui est appliquée par la SAGE (Société d’aménagement et de gestion environnementale du bassin versant du Lac des 31-Milles) mais doit être déterminée par la municipalité. «L’année dernière, on chargeait 15$ par nuit, par adulte, pour un maximum de 60$, explique André Carle. Donc ça nous obligeait à contrôler le nombre de personnes qui allaient au refuge. Cette année, pour simplifier les choses, on a fixé le tarif de location à 60$ par nuit.»

La municipalité travaille également sur un projet d’installation de toile de jute à proximité du quai public. Un montant a été réservé pour cela au budget 2017. «Mais on est encore en pourparlers avec la firme qui installe la toile, explique André Carle. Notre banc de myriophylle est de 1 200 mètres carrés, ce qui est une superficie un peu petite pour faire venir une barge. En tout cas, on va ceinturer ce banc de myriophylle pour en interdire l’accès et si on peut avoir la barge on fera installer de la toile de jute.»

 

             Météo  •  Tourisme

Êtes-vous pour ou contre des vêtements obligatoires à l’école ?