Publié le mercredi 17 mai 2017 17:00 | Mis à jour le mercredi 17 mai 2017 14:10

Bourses de la relève : Un outil essentiel pour la région

Sylvie Dejouy

LA GATINEAU - Le conseil d’administration des Bourses de la relève a mené dernièrement une enquête statistique sur les boursiers afin de savoir exactement où vit et travaille chaque diplômé qui a bénéficié des Bourses de la relève. 

Voici les statistiques connues concernant les récipiendaires d’une Bourse de la relève au cours des dix dernières années, sur un total de 143 boursiers répertoriés. Ces statistiques confirment la pertinence de la Fondation des Bourses de la relève pour encourager les étudiants d’ici à revenir travailler dans la région, alors qu’elles permettent d’estimer, après répartition des personnes dont le statut est inconnu, à plus de 90% le taux de retour en région des boursiers. 

Sur 143 boursiers, 70 ont terminé leurs études, 54 poursuivent actuellement leurs études, 1 a abandonné ses études et 18 ont un statut inconnu. Sur les 70, 60 sont en emploi dans la Vallée-de-la-Gatineau, 9 sont en emploi à l’extérieur de la Vallée-de-la-Gatineau, 1 est à la recherche d’un emploi. Sur les 60, 17 travaillent dans le domaine de l’éducation, 16 dans le secteur de la santé, 7 dans le domaine social, 6 dans les finances-comptabilité, 3 dans l’administration publique, 3 dans l’agriculture, 2 dans le notariat, 2 dans la construction, 1 dans l’informatique, 1 dans les produits manufacturiers, 1 dans le commerce de détail et 1 dans le transport.

Les Bourses de la relève demeurent donc, encore aujourd’hui, un outil essentiel d’incitation à la qualification des gens de la Vallée-de-la-Gatineau, en particulier des jeunes, comme un outil de rétention des étudiants. 

Nouveaux critères de sélection

Les Bourses de la relève sont une initiative locale issue de la Table de développement social de la Vallée-de-la-Gatineau en 2007. L’organisme célèbre donc ses 10 ans cette année. À l’origine axées sur les étudiants dans les domaines de la santé et de l’éducation pour combler une pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans ces milieux, les Bourses ont été élargies au fil des ans à tous les étudiants sérieux ayant une lettre d’appui d’un employeur de la région, peu importe le domaine. Cependant, le conseil d’administration est présentement en train de réviser les modalités d’attribution des bourses afin de recentrer leur octroi vers les domaines où les employés sont recherchés dans la région, puisque présentement, plus de bourses que de contributions recueillies sont offertes. Les critères de sélection seront donc resserrés pour assurer la bonne gestion des contributions recueillies. 

En vue d’assurer une saine gestion des ressources financières, à compter de l’automne 2017, les bourses seront accordées en suivant l’ordre décroissant du total des points accordés aux dossiers, jusqu’à un maximum de 85% du montant total des partenariats financiers établis l’année scolaire précédente (le 15% restant servira à constituer un fonds de réserve au cas où le nombre de partenaires financiers baisserait dans les prochaines années). 

Le calcul des points sera ainsi effectué par les membres du conseil d’administration. Points accordés au domaine d’études : domaine en demande dans la région, 3 points ; domaine relativement en demande dans la région, 2 points ; domaine peu en demande dans la région, 1 point. Points accordés à la réussite des cours de la session précédente d’études, dans le domaine d’études pour lequel l’étudiant dépose une demande : tous les cours réussis, 3 points ; un cours échoué, 2 points ; plus d’un cours échoué, 1 point. 

En cas d’égalité entre les pointages, les nouvelles demandes seront priorisées, suivies de celles qui en sont à leur premier renouvellement, puis leur second, et ainsi de suite. La décision du pointage sera prise par les membres du CA selon les données qu’ils auront pu recueillir de leurs partenaires locaux, les données du dossier de mise en candidature et leurs connaissances du milieu.

 

             Météo  •  Tourisme

Êtes-vous pour ou contre des vêtements obligatoires à l’école ?