Sylvain Marchand remet le prix à André Benoit.

Droits de passage pour les sentiers de motoneige : Des prix pour remercier les propriétaires

Le nouveau kiosque mis à disposition par Les Ours Blancs.

MANIWAKI – La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ), ses clubs et bénévoles sont extrêmement reconnaissants envers les propriétaires fonciers pour leur générosité car, sans eux, le maintien du réseau de sentiers serait impossible. C’est pourquoi la FCMQ a créé, il y a plus de 10 ans maintenant, le Programme d’appréciation des propriétaires fonciers. Celui-ci comporte le tirage de prix parmi les propriétaires qui octroient des droits de passage aux clubs.

En 2015, la FCMQ s’est associée à Yamaha Moteur du Canada pour lancer le nouveau Programme d’appréciation des propriétaires fonciers présenté par Yamaha, celui-ci prévoyant la création d’un fonds annuel de 55 000 $ qui est distribué en 55 chèques-cadeau de 1 000 $ et échangeables pour des produits ou véhicules Yamaha chez tous les concessionnaires québécois de la marque. Dernièrement, dans la Vallée-de-la-Gatineau, un propriétaire foncier a reçu l’un de ces chèques-cadeau : André Benoit, qui a reçu son prix des mains du président du Club de montoneige Les Ours Blancs, Sylvain Marchand. «Le but est de remercier les propriétaires qui nous donnent des droits de passage sur leurs terres, explique ce dernier. Dans l’ensemble du Québec, la fédération compte treize régions et à chaque mois il y a treize tirages au sort, un par région. Pour le mois de mars, c’est un propriétaire de notre région qui a gagné le prix. Sur notre secteur, nous avons près de 200 propriétaires.»

Les droits de passage continuent à être la fondation même sur laquelle repose l’établissement des sentiers sur les terres privées (celles-ci composant 50% du réseau de plus de 32 000 km de la FCMQ). Chaque automne, les bénévoles des 200 clubs membres de la FCMQ rencontrent les propriétaires fonciers et négocient des dizaines de milliers de droits de passage. Ces ententes uniformisées fournissent une protection aux propriétaires terriens. Il est important de préciser que ces individus ne reçoivent aucune rémunération ou compensation pour l’accord de ce privilège à la communauté motoneigiste. Dans le cas des terrains publics, les clubs doivent obtenir la permission du gestionnaire du territoire.

Malgré son nom, un droit de passage est, en fait, un privilège. Une cession de droit de passage est un document forcément fragile qui peut être révoqué en tout temps par le propriétaire. Pour cette raison, les clubs font souvent appel à la signalisation ou autres moyens dans le but de sensibiliser les motoneigistes et assurer leur respect du corridor attribué. Malgré ces efforts, cela demeure un défi et les motoneigistes font bien de se rappeler que ce qui peut leur sembler comme une petite sortie hors sentier risque d’avoir un impact majeur sur la pérennité de ce dernier.

À noter que les Ours Blancs disposent désormais d’un kiosque, fabriqué par la compagnie de Alain Raymond, qui sert lors d’évènements afin de servir à boire et à manger. «Il est sur des skis, précise Sylvain Marchand. Si des organismes à but non lucratif veulent l’emprunter, par exemple pour un tournoi de pêche, on va leur prêter.»