Pierre Côté, vice-président de l’UPA Haute-Gatineau.

Le bureau du MAPAQ à Maniwaki : L’UPA réclame les services perdus

BLUE SEA – Les membres de l’Union des producteurs agricoles de la Haute-Gatineau (UPA-HG), regroupés en assemblée générale mardi à l’érablière Le Domaine du Cerf à Blue Sea, ont unanimement adopté une résolution, présentée par leur vice-président Pierre Côté, pour demander au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) de réintroduire les services aux agriculteurs et d’ajouter une ressource professionnelle au point de service de Maniwaki dans la Vallée-de-la-Gatineau.
La résolution de Pierre Côté rappelle au ministre Lucien Lessard que quatre personnes qualifiées oeuvraient au bureau de Maniwaki au début des années 2000. Il n’y en a plus qu’une, Mme Linda Larocque, agronome, qui était invitée par l’UPA-HG, mardi, pour présenter les divers programmes offerts aux producteurs agricoles de la région par le MAPAQ. Dorénavant, personne ne représente la Financière agricole du Québec à Maniwaki.
Plusieurs services agricoles du MAPAQ, habituellement dispensés dans la Vallée-de-la-Gatineau, ont diminué, comme, par exemple, l’inscription des nouvelles entreprises et les visites régulières sur le territoire. Les producteurs agricoles de la région sont conscients des efforts déployés par la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau dans le développement de l’industrie forestière régionale. Le nouveau service l’Arterre, introduit tout dernièrement dans la région, est une autre raison pour laquelle on devrait renflouer le bureau de Maniwaki afin d’offrir plus de services à la clientèle agricole de la Vallée-de-la-Gatineau.
«Je suis d’accord avec toi Pierre, indique le vétéran Clément Tremblay, mais ta résolution ne va pas assez loin. Elle devrait, en plus d’être présentée aux autorités ministérielles de l’Outaouais et à Québec, être acheminée à tous les candidats des partis qui se feront la lutte lors des élections québécoises d’octobre prochain en leur demandant de prendre position sur la question. Ils devraient tous recevoir une copie de notre résolution. Il faudra également y ajouter l’historique du bureau de Maniwaki.»
Le membre, Gilles Taillon, un producteur de Bouchette, a indiqué que les régions rurales étaient particulièrement touchées par cette perte de postes importante d’autant plus qu’il est de plus en plus question de diversification agricole nécessitant, selon lui, de l’expertise dans divers domaines. «On est en train de dénuder les régions rurales au profit des grands centres urbains.»

Les services d’un vétérinaire
Il est bien évident que le vétérinaire Dominic Bhérer, qui s’est retiré l’an dernier, laisse un grand vide au niveau de ce service à Maniwaki pour toute la région. Pierre Côté a suggéré qu’un mandat soit refilé aux administrateurs de l’UPA-HG afin de trouver une solution à ce problème qui coûte cher aux agriculteurs. Le président sortant, Denis Côté, a pris bonne note de cette recommandation du vice-président Pierre Côté.
«Les administrateurs doivent débattre de cet important dossier. Nous avons besoin d’un vétérinaire à temps plein en Haute-Gatineau. Il faudra exercer les pressions là où il le faudra», concluent Pierre et Denis Côté.