Préfecture de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau : «Le développement économique et social en premier lieu» – Georges Lafontaine

LA GATINEAU – Georges Lafontaine, candidat à la préfecture de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, a fait le tour de la région de Low à Grand-Remous. Il est heureux de la campagne qu’il a menée et des dossiers qu’il a défendus en cours de route. Les gens veulent qu’il se passe quelque chose. Le développement économique et social est incontestablement la priorité # 1 des gens de la région.

«Les gens m’ont parlé des pertes énormes encaissées par la région au cours des dernières années. Ils ne veulent plus que ça se reproduise. Ils sont également préoccupés par l’état du réseau routier auquel le développement économique est intimement lié. Je me réjouis de la très forte participation au vote par anticipation dimanche dernier. À Messines, 28 % des gens inscrits sur la liste électorale ont voté. C’est très impressionnant. Au fait, si on atteint 60 % de participation au vote de dimanche, on pourra dire que nous avons déjà atteint 50 % de participation avec le vote par anticipation. Une chose est certaine, les candidats qui perdront leur élection ne pourront pas se rabattre sur le taux de participation pour expliquer leurs résultats.»

«Une région qui nous ressemble»

Dans son programme qu’il a livré aux électeurs durant sa campagne, Georges Lafontaine parle de la faiblesse marquée des réseaux de communication. Au niveau routier, l’aménagement de voies de dépassement au nord de Low ne s’est pas poursuivi. Plusieurs dossiers importants pour la région doivent être poussés dans les priorités du ministère des Transports du Québec (MTQ). «Il me semble prioritaire d’une bretelle de raccordement soit construite pour relier la fin de l’autoroute 5 à la route 105. Actuellement, le raccordement entre l’autoroute ultra moderne et la 105 se fait sur un tronçon de route qui date de la construction de la voie ferrée au début des années 1900. Il faut poursuivre l’aménagement de voies de dépassement sur la section de la route 105 au nord jusqu’à Grand-Remous. La 105 entre Maniwaki et Grand-Remous est une honte. Longtemps oubliée, la route Maniwaki-Témiscaming devient également une priorité économique incontournable.»

Internet et cellulaire

Les réseaux Internet et cellulaire sont en sous-développement dans la région. Leur faiblesse constitue un frein à l’économie régionale. Il est important que ces deux réseaux soient disponibles partout et en tout temps.

Le tourisme

La rivière Gatineau est un élément essentiel au développement touristique de la région. «Le concept du pays des dompteurs de rivières (les Algonquins) s’applique non seulement à toutes les époques de notre histoire  mais il s’applique tout aussi bien à la municipalité de Low avec son impressionnant barrage hydro-électrique qu’à Grand-Remous où se retrouve l’un des plus imposants réservoirs hydro-électriques, lequel constitue une perle au niveau touristique pour la région.»

Présence algonquine

Il y a tout lieu d’analyser la possibilité de développer un centre hôtelier typiquement algonquin avec des activités traditionnelles autant en été qu’en hiver, tout en développement une table de produits typiquement algonquins comme celui de l’Hôtel-musée de Wendake. «Il est important de miser sur des éléments attirants et spécifiques. La présence des coureurs des bois et le poste de traite de la Désert qui existe toujours.»

Infrastructures d’accueil

«Il faut favoriser l’implantation de petites industries du terroir (artisanat, produits locaux) et analyser la possibilité de créer une coopérative d’artisans pour la mise en valeur et la mise en marché de ces produits. Il faut songer à établir du micro-hébergement : gîte du passant et mini motel.»

Les artistes

Dans plusieurs villes et villages dévitalisés, ce sont les artistes qui ont réussi à créer un milieu de production intéressant. «Peut-on envisager de tenir un festival des arts et de la culture et exposer les talents de nos artistes peu importe leur discipline ? En été, peut-on présenter du théâtre d’été comme on a tenté de le faire il y a quelques années ? Je préconise la création d’un fonds pour la sauvegarde des édifices historiques et patrimoniaux.»

L’agriculture

Il est important de développer de nouveaux types de culture plus spécialisés. La production de fines herbes et la transformation de petits fruits en produits de luxe qui pourrait rejoindre une certaine clientèle dans la région de Gatineau et Ottawa. «Il faut saluer les entreprises locales qui font de l’excellent travail dans la production de produits locaux.»

Le social et la santé

Le préfet doit être le défenseur des services sociaux et communautaires offerts sur le territoire. Il doit défendre la décentralisation des services en région contrairement à la politique de centralisation prônée par le gouvernement du Québec. Parce que le Québec soutient une politique d’occupation du territoire, il est essentiel que les services de proximité demeurent des services de proximité.

L’énergie

Les barrages sont-ils encore la solution ? Georges Lafontaine considère qu’il y a encore place à un certain développement. La communauté de Kitigan Zibi avait suggéré un projet en ce sens qui devrait être revu. (deux barrages au fil de l’eau). Il faut revoir les projets d’éoliennes et voir comment permettre leur réalisation dans un contexte d’acceptabilité de la part des citoyens. La région doit tenter de devenir une zone d’expérimentation de nouvelles technologies. 

Finalement, la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau est une des dernières à ne pas avoir déposé officiellement son schéma d’aménagement et accuse un retard de plusieurs années. «Malgré les efforts du précédent préfet, le document n’a toujours pas franchi toutes les étapes. Un effort devra être fait pour rattraper ce retard et adopter le document final».