La préfecture : «Les gens sont tannés de payer !» – Chantal Lamarche

LA GATINEAU – La campagne électorale à la préfecture que mène la candidate, ex-maire de Cayamant, Chantal Lamarche, lui a permis de rencontrer des centaines de gens qui ont des besoins différents. Certains réclament la sécurité alimentaire, les commerçants le développement économique et d’autres la création d’emplois. Bref, tout est prioritaire.

«J’ai quitté la mairie de Cayamant avec fierté. J’ai le sentiment d’avoir accompli beaucoup de choses en peu de temps. Les gens m’en parlent d’ailleurs. Mais il était temps que je relève un défi encore plus grand, celui de travailler pour l’ensemble de la population de ma région. Et la seule façon de le faire était de me présenter aux élections pour devenir préfète de la MRC. Je suis dans l’âge idéal. J’ai 48 ans, je suis en santé. C’est un bon «timing» pour moi. Je veux me donner à 100 % pour la Vallée-de-la-Gatineau. Je veux apporter du leadership à ma région. J’ai travaillé avec toutes sortes de gens, avec les gens dans le besoin, les investisseurs, les commerçants. Ce que j’ai fait à Cayamant, avec l’aide de mes collègues, je peux le faire pour la Vallée-de-la-Gatineau.»

L’autonomie

Chantal Lamarche croit qu’il faut arrêter de fouiller dans les poches du contribuable. Il faut trouver d’autres sources de financement que d’avoir toujours recours aux quotes-parts. Les gens n’ont pas d’argent, il faut arrêter de les surcharger financièrement.

«Le fait que je sois une femme ne joue pas contre moi. Bien au contraire. Plusieurs personnes m’ont dit qu’il était peut-être être temps qu’une femme prenne le gouvernail. Les femmes ont une façon différente de travailler et je crois que je peux apporter beaucoup aux gens de ma région. Et je le répète, je suis en politique pour faire de la politique. Je vais échanger avec les gens en place tout comme je l’ai fait à Cayamant. Je pars de loin, vous savez. Je pars de mon implication dans la garderie La Bottine. J’ai travaillé fort depuis. Je n’ai rien reçu sur un plateau d’argent.»

Son programme

Le programme de Chantal Lamarche comprend des priorités dans plusieurs domaines dont celui du tourisme. Elle veut augmenter le tourisme récréatif ainsi que gourmand dans la Vallée-de-la-Gatineau ; développer de nouveaux marchés afin de créer et de bonifier les emplois dans la région ; faciliter l’accessibilité aux services en améliorant l’offre de transport dans la région ; poursuivre les travaux de l’autoroute 5 et compléter ceux de la route Maniwaki-Témiscamingue ; soutenir l’industrie forestière et les transporteurs en vrac de la Vallée-de-la-Gatineau ; préserver les services de santé et faire reconnaître les besoins particuliers de la région aux divers paliers décisionnels ; favoriser la création d’un environnement favorable par une offre citoyenne au niveau des sports, des loisirs et de la culture et travailler de concert avec les communautés anglophone et des Premières Nations et, finalement, se connecter avec le monde extérieur en assurant un service de téléphone cellulaire adéquat de même que de brancher l’ensemble du territoire occupé par Internet haute-vitesse.

Elle sait fort bien que plusieurs dossiers régionaux ont été mis sur la glace pour cette campagne électrorale. «Mais ce n’est pas le boulot qui va manquer quand nous retournerons au travail. Je connais ma région et vais tout faire pour la faire avancer avec l’aide de celles et ceux qui seront avec moi.»

Travail d’équipe

Chantal Lamarche vient tout juste d’obtenir un certificat d’administratrice municipale de la Fédération québécoise des municipalités (FQM). Elle a été conseillère avant d’être maire de Cayamant. «Pas moins de treize maires ont quitté la table du conseil régional. Il y aura de nouveaux visages à l’avant-scène régionale. Je tiens à dire que je vais travailler avec celles et ceux qui seront élus. Il est important de gagner leur confiance pour être en mesure de travailler en toute liberté aux mieux être collectif. En terminant, je me suis toujours souvenue de cette citation de Nelson Mandela : «Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends !»