Dans l’ordre, nous reconnaissons le directeur général, Jean-Serge Rochon, le président, Paul Caron, et les administrateurs, Yvon Parker et Aurèle Martin. Normand Garneau n’a pu assister à l’assemblée générale annuelle.

70 personnes à l’assemblée générale annuelle : La Coop maintient le rythme

GRACEFIELD – Les chiffres ne mentent pas. Les affaires tournent rondement pour la Coopérative agricole de Gracefield dont la santé financière est on ne peut plus excellente quand on jette un coup d’œil sur les résultats financiers déposés le 31 octobre 2017.
Les 70 personnes présentes à l’assemblée générale annuelle qui avait lieu jeudi dernier à l’Érablière J. B. Caron à Gracefield ont été à même de constater l’état de la situation. Les ventes, au 31 octobre 2017, se chiffraient à 6 448 332 $ par rapport à 6 154 094 $ en 2016. Le coût des marchandises vendues a atteint les 4 815 515 $ pour un bénéfice brut de 1 632 817 $. D’autres revenus se rajoutent pour un total de 497 463 $ pour un sous-total des ventes de l’ordre de 2 130 280 $. Les frais de vente et d’administration se chiffrent à 1 459 497 $ et les frais financiers à 62 806 $ pour un total de 1 522 303 $ pour un excédent des revenus sur les dépenses de l’ordre de 607 977 $ comparativement à 148 752 $ en 2016.
Au niveau des actifs à court terme, on note un encaisse de 618 824 $, des dépôts à terme pour la somme de 1 350 037 $, des débiteurs pour une valeur de 501 805 $, des stocks pour la somme de 1 213 973 $, des frais payés d’avance de 26 697 $ et des versements provisionnels sur impôts de 30 103 $ pour un total de 3 741 439 $. Il faut ajouter à ces sommes des placements au coût de 529 604 $, des immobilisations corporelles de 1 548 655 $ et un écart d’acquisition de 53 727 $ pour un total de 5 873 425 $.
Le passif à court terme atteint les 737 899 $. L’avoir des membres atteint les 60 778 $. En y ajoutant l’excédent de 607 977 $ et la réserve de 4 466 771 $, on atteint la somme de 5 873 425 $ qui équivaut à l’actif.

 

Les fanions rouges ont fait leur apparition sur le chemin Pointe Confort qualifiée par les gens du secteur de «route à vache».

Une situation enviable
Le président du conseil d’administration, Paul Caron, a indiqué que les employés et le directeur général, Jean-Serge Rochon, ont offert une excellente performance. «Il faut également souligner la force qui réside dans nos ressources humaines. Nos employés sont expérimentés. Pour assurer notre pérennité, il faudra planifier la relève dans un avenir rapproché. Cette performance financière nous permet d’accorder des ristournes à nos membres qui se chiffrent cette année à 265 000 $, une augmentation de 32 % par rapport à 2016.»
L’acquisition de Location Gracefield au printemps 2017 fait en sorte que la Coop s’assure de la continuité d’un service de proximité. Il a indiqué que la Coop allait investir dans Centre de location. Il se dit heureux de la conclusion de l’enquête sur l’incendie de l’ancien siège social du 4, chemin du Pont. «Nous avons finalement obtenu 280 000 $ de nos assurances à la suite de ce sinistre. On ne peut en dire plus dans cette affaire puisque les deux parties ont signé une lettre assurant la confidentialité.»
Le président Paul Caron a également précisé que les membres avaient bénéficié d’escomptes totalisant 199 088 $ en 2017. Le directeur général, Jean-Serge Rochon, est revenu sur les ristournes en précisant qu’elles sont passées de 66 144 $ en 2016 à 265 232 $ en 2017. «C’est payant pour la Coop et c’est payant pour vous également.»
François Drainville, administrateur à la Coopérative Fédérée du Québec, a mentionné l’importance du capital humain. «À ce chapitre, la Coop de Gracefield fait figure de leader. Je peux vous dire que votre entreprise est entre bonnes mains, elle est gérée par un homme qui vaut son pesant d’or. Jean-Serge Rochon est un excellent administrateur.»
La préfète, Chantal Lamarche, invitée à discourir, s’est dite très étonnée de la performance financière de la Coop de Gracefield et très fière des engagements financiers de l’entreprise. Alors qu’elle discutait, un membre lui a demandé ce qu’elle pensait de l’état lamentable du chemin Pointe Confort. «Je vais rencontrer le maire de Gracefield et appliquer la pression politique qu’il faut pour faire bouger les choses.»
Le coordinateur de la Chambre de commerce de Maniwaki-Vallée-de-la-Gatineau, Rémi Lafond, qui était accompagné par le président, Daniel Smith, a invité les gens d’affaires de Gracefield et des environs à bénéficier des avantages d’être membres de la chambre. Il a ajouté que la Chambre allait continuer de déployer des efforts pour desservir la population du sud de la MRC.