«Nous menons actuellement plusieurs projets de front. Nos élus et nos citoyens sont impliqués. Un vent de dynamisme souffle actuellement sur notre municipalité», précise le maire, Gilles Bastien.

Un vent de dynamisme souffle sur Bouchette : Plusieurs projets prennent forme

BOUCHETTE – Les élus de Bouchette ont attrapé le virus du positivisme, incluant le maire Gilles Bastien qui délègue beaucoup de responsabilités à ses collègues de même qu’aux citoyens qui sont devenus les forces vives du milieu et qui travaillent à la réalisation de quatre projets majeurs qui changeront l’image de la communauté à tout jamais.
Ces quatre projets ont été déposés sur la table par le maire Gilles Bastien qui présidait la séance ordinaire du conseil lundi soir au centre municipal. «On veut faire de Bouchette un centre d’intérêt touristique et culturel, une raison pour les gens de la ville de se déplacer pour nous visiter. Et ce ne sont pas les idées qui manquent, bien au contraire. On sent la fébrilité chez les citoyens impliqués dans notre démarche.»

La légende de la Chasse Galerie
Les yeux du maire Gilles Bastien s’illuminent quand il est question de la légende de la Chasse-Galerie dont l’historique origine de Bouchette. «Nous voulons nous inspirer de cette légende pour concevoir, avec l’aide de l’artiste-sculpteur Donald Doiron et de notre historien régional, Louis-André Hubert, un canot qui va reproduire la légende, d’une trentaine de pieds de longueur, avec les huit personnages de la légende, qu’on va localiser à l’entrée sud du village. Les gens vont pouvoir le visiter, s’y asseoir et prendre des photos.»
La légende de la Chasse Galerie, qu’on tente de récupérer un peu partout au Québec, notamment à Montréal, doit son existence aux sentiers des Ross (Lac des Trente-et-un-Milles) qui produisaient du bois équarri en pin blanc. Il y en avait à profusion à Bouchette, Wakefield et Messines. «La légende est partie de chez nous. Il faut remonter jusqu’à la fin du 19e siècle pour déterminer son origine, à l’époque glorieuse de Bouchette et de la Haute-Gatineau.»

La belle église
L’église a été construite, à la «force de bras» par les citoyens de Bouchette à la fin du 19e siècle. Elle recèle des beautés cachées qui seront à nouveau révélées très prochainement. Elle est classée C au niveau du patrimoine historique. C’est la plus belle église du diocèse de Mont-Laurier.
«On veut restaurer notre église en lui donnant son lustre d’antan. On veut en faire un musée et favoriser les visites guidées. Il s’agit de refaire le plancher en bois franc (merisier) qui semble encore en bon état. Nous allons restaurer la chaire à partir de photos dont on peut s’inspirer. Mgr Paul Lortie fait actuellement des démarches pour tenter de retrouver les plans originaux. Le ministère de la Culture du Québec va demander une reproduction la plus exacte possible. On veut également dégager les murs de frêne blanc.»

Un pont unique
Le pont de Bouchette, dans son état actuel, a fait l’objet de discussions entre les élus de Bouchette et les représentants du ministère des Transports du Québec (MTQ). Les élus veulent que le MTQ corrige les travaux qui y ont été effectués. «Les glissoires métalliques viennent défigurer la beauté de notre pont qui est historique. Une piétonnière serait également de mise.»

L’école de rang
L’école de rang est également un projet sur lequel les élus entendent travailler. On veut y faire de l’aménagement extérieur de même que y ajouter des gradins. On veut également réaliser divers travaux sur le bâtiment et entourer l’école d’une clôture.
Il est même question que la municipalité se dote d’une Zamboni pour sa patinoire du Centre Quatre-Saisons. «Ce dossier pourrait bien être réglé par l’implication des entrepreneurs locaux. Tout le monde met actuellement la main à la pâte. Chaque membre du conseil municipal a ses responsabilités. Des citoyens s’intéressent à la nouvelle dynamique qui prend forme à Bouchette. Plusieurs comités ont été formés et d’autres le seront dans un avenir rapproché.»
Il est également question de l’aménagement d’un parc d’eau. Tous ces projets nécessiteront des déboursés de l’ordre d’environ 360 000 $. Bouchette dispose d’une aide financière de 144 000 $ par le biais du Programme de mise en valeur intégrée d’Hydro-Québec. «Nous allons nous servir de cette aide financière pour assurer un effet multiplicateur sur d’autres programmes d’aide financière qui sont à notre portée. À Bouchette, nous sommes partis pour la gloire», conclut le maire Gilles Bastien.