Sur la photo on reconnaît Mélanie Guénette, Diane Blais, Maude Bélair, Carole Beaudin, Gervaise St-Amour et Nancy Boudrias. Elles sont photographiées près de la toile de l’artiste Nelly Dubé qu’elle a offert aux organisatrices et qui a fait l’objet d’un tirage dont tous les profits étaient réservés pour venir en aide à une femme dans le besoin de la région.

Journée des droits de la femme : Le Comité-femmes continue la lutte

Le droit des femmes n’a pas d’âge.

MESSINES – Le Comité-femmes de la Vallée-de-la-Gatineau (CFVG) en était à son troisième brunch annuel dimanche dernier à Messines soulignant ainsi la Journée de la femme et sa lutte pour la reconnaissance et le respect de ses droits.
Le brunch est présenté sous l’égide du CFVG mais il est organisé par des femmes bénévoles provenant de diverses associations populaires de la région dont le Centre d’aide et de lutte aux agressions à caractère sexuel (CALACS), Voix et Solidarité des Aidants naturels de la Vallée-de-la-Gatineau (VSANVG) et Halte-Femmes Haute-Gatineau.
Maude Bélair du CALACS estime qu’il est important de se préoccuper du sort des femmes dans la Vallée-de-la-Gatineau qui n’a pas été épargnée par la compagne de dénonciation #Moi aussi. Le CALACS de la Vallée-de-la-Gatineau, tout comme les organisations similaires au Québec a reçu la somme de 10 000 $ afin de combler la demande relativement à cette campagne de dénonciation peu commune des agressions sexuelles dont les femmes sont victimes partout au Québec et spécifiquement dans la Vallée-de-la-Gatineau.
Nancy Boudrias de VSANVG croit également que les femmes doivent continuer de s’affirmer afin que leurs droits soient reconnus. Le thème de la Journée internationale des femmes, «Féministe tant qu’il le faudra», définit bien la situation actuelle. Les femmes sont conscientes des gains obtenus au fil des ans mais il n’en demeure pas moins que le travail n’est pas encore terminé. Les iniquités demeurent et sont encore au cœur des

Pas moins de 70 convives ont participé au brunch dimanche dernier à Messines.

revendications des femmes de partout au Québec.
Au moins 70 femmes se sont déplacées pour participer à ce brunch gratuit qui avait lieu dimanche dernier au Centre multiculturel de Messines pour lequel l’entrée était interdite aux hommes.

L’organisation
Comme tous les ans, au cours des trois dernières années, un comité, composé de femmes impliquées dans leur milieu, est chargé d’orchester l’activité du brunch. Ainsi Mmes Carole Beaudoin de Halte-Femmes de la Haute-Gatineau, Mélanie Guénette et Maude Bélair du CALACS, Nancy Boudrias et VSANVG, Diane Blais, Gervaise St-Amour, Mélanie Angers, Marie-Thérèse Kazeef, Isabelle Roy ont orchestré l’organisation de ce troisième brunch annuel.
Toutes ces femmes sont conscientes du fait qu’il faut demeurer attentives à ce qui se déroule dans la région et favoriser l’avancement des femmes dans tous les domaines.
La préfète, Chantal Lamarche, a participé au brunch afin d’appuyer les femmes impliquées dans les organismes socio-économiques de la Vallée-de-la-Gatineau. Des bénévoles de la paroisse St-Raphaël de Messines ont préparé et servi le brunch avec un grand sourire. Le tout s’est déroulé comme sur des roulettes.

Journée internationale des femmes
Féministes tant qu’il le faudra

LA GATINEAU – La Journée internationale des femmes est célébrée ce jeudi 8 mars sous le thème «Féministes tant qu’il le faudra». Chaque année, le 8 mars est l’occasion de célébrer la contribution des femmes et de renouveler nos efforts afin d’atteindre l’égalité entre les sexes – au Canada et dans le monde entier.
La Journée internationale des femmes (JIF) est née au tournant du XXe siècle dans le sillage des mouvements ouvriers d’Amérique du Nord et d’Europe, témoin d’un mouvement grandissant pour la participation à parts égales des femmes à la société.
La première journée de la femme a été célébrée le 19 mars 1911 en Autriche, au Danemark, en Allemagne et en Suisse. Ce jour-là, plus d’un million de femmes et d’hommes ont exprimé leur appui à la cause en participant à des manifestations. Dans les années qui ont suivi, d’autres pays ont commencé à observer et à célébrer cette journée.
Les Nations Unies ont proclamé 1975 «Année internationale de la femme» et ont commencé à célébrer la JIF le 8 mars, adoptant par la suite une résolution désignant le 8 mars «Journée internationale des femmes».
Aujourd’hui, la Journée internationale des femmes est célébrée dans le monde entier, étant d’ailleurs un jour férié national dans de nombreux pays. Elle est devenue une journée nationale de reconnaissance des réalisations des femmes et d’appel à l’action pour appuyer les droits des femmes et promouvoir l’égalité entre les sexes.

Les bénévoles qui ont préparé et servi le brunch dimanche dernier à Messines.