Protection des terres publiques autour des Lacs des Cèdres : L’Association pour la protection des lacs des Cèdres poursuit le dossier

MESSINES – Par l’entremise d’une délégation du conseil d’administration, les membres de l’Association pour la protection des Lacs des Cèdres (APLC) ont souhaité la bienvenue aux quatre nouveaux conseillers élus lors des élections municipales de novembre 2017. À cette occasion, le CA a présenté aux conseillers Yves St-Jaques, Jean-Guy Carignan ainsi qu’aux conseillères Anne Langevin et Annie Galipeau, une copie de l’étude scientifique des bassins versants complétée avec la collaboration de la municipalité en 2014. Cette présentation comprenait aussi une copie de la Résolution 05-2017 qui demande certains changements d’affectations au schéma d’aménagement et de développement impliquant les terres publiques autour des deux lacs.

Historique
Le conseil d’administration de l’APLC a présenté au conseil municipal de Messines, lors de sa séance du 3 mai 2017, une résolution demandant une affectation de «Conservation stricte» pour toutes les terres publiques autour des Lacs des Cèdres.
Les municipalités de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau ont entrepris un processus de révision qui consiste en une refonte complète du schéma d’aménagement. Ce schéma d’aménagement et de développement révisé est appelé à constituer le principal document de planification du territoire val-gatinois pour les années à venir. Les 2/3 du Grand Lac et presque la totalité du Petit Lac font partie des territoires de la municipalité de Messines.

Les enjeux
En 2014, l’Association pour la protection des Lacs des Cèdres, en partenariat avec la municipalité de Messines, a entrepris une étude scientifique des bassins versants des Lacs des Cèdres. Cette étude a conclu que tout développement humain, résidentiel, commercial ou forestier à proximité des deux lacs est contre-indiqué.
Ces terres publiques comprennent notamment un Site faunique d’intérêt de 1 100 ha incluant une frayère à touladi en ruisseau (seul site connu en Amérique du Nord), un Refuge biologique de 99,8 ha, une Aire de confinement du cerf de Virginie de 571,2 ha ainsi que plusieurs espèces de plantes rares et en péril au Québec. Ces Aires protégées autour des deux lacs ont toutes été désignées par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.
L’affectation que la MRCVG favorise sur ces terres publiques est «Forestière spécifique», dont la vocation dominante est l’exploitation forestière, ce qui est incompatible avec les Aires protégées en place et la protection des bassins versants.
L’Association pour la protection des Lacs des Cèdres, au nom de ses membres et en partenariat avec la municipalité de Messines, travaille à protéger l’environnement et la faune et à promouvoir la conservation dans les bassins versants des Lacs des Cèdres. La santé de nos lacs est directement reliée à la protection des bassins versants et leurs environnements.