Fermeture de guichets automatiques : Tout le Québec rural proteste

LA GATINEAU – La série de fermetures récentes de guichets automatiques et de comptoirs Desjardins suscite un tollé de protestation de la part d’élus de municipalités rurales de tous les coins du Québec.
Cette question a été soulevée lors de la dernière séance régulière du conseil des maires de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau (MRC-VG). Les élus ont adopté une résolution d’appui qui a été acheminée à leurs homologues de la municipalité de Ripon en Outaouais qui vient de subir les affres du Mouvement Desjardins et qui tentent de convaincre l’institution de revenir sur sa décision tellement elle fait déjà mal à l’économie locale.
«Ils vont tuer les villages, ça va faire mal», a confié le maire de Notre-Dame-de-la-Salette en Outaouais, Denis Légaré, à la journaliste de La Presse, Isabelle Ducas. Les craintes sont les mêmes dans le Bas-Saint-Laurent, dans les Bois-Francs et ailleurs au Québec où les élus et des citoyens ont fait circuler des pétitions, offert d’organiser des soupers-spaghetti pour financer l’achat de nouveaux guichets, ou proposé que les ristournes servent à maintenir les services locaux.
Le maire Denis Légaré a même proposé que la municipalité paie pour le guichet qui coûte 75 000 $. «Mais ils nous ont répondu que ça ne se faisait pas.» Les maires des villages touchés estiment que Desjardins, en tant que coopérative, devrait se préoccuper des besoins de ses membres tout autant que des impératifs financiers.
«C’est comme si les régions ne comptaient pas pour les hautes instances à Montréal», s’indigne Louis-Georges Simard, maire de Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent.

Une ouverture
Le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a semblé, pour la première fois, montrer une plus grande ouverture aux compromis. On cherche des solutions comme par exemple le fait que le guichet pourrait être installé à l’hôtel de ville comme c’est le cas ici avec la municipalité de Messines qui avait conclu une entente avec la Caisse populaire Desjardins de la Haute-Gatineau pour l’installation d’un guichet automatique lors de la fermeture du comptoir de services bancaires de Messines il y a cinq ans. M. Cormier a confié qu’on pourrait partager un employé de l’hôtel de ville et de la caisse ? Durant la semaine, l’employé pourrait travailler un certain nombre d’heures pour la ville et un autre nombre d’heures pour la caisse.
Aucun élu n’était au courant de ces solutions évoquées par M. Cormier. À Rivière-Ouelle et à Notre-Dame-de-la-Salette, les guichets Desjardins sont déjà installés dans les locaux municipaux, ce qui n’a pas empêché les caisses locales d’annoncer leur disparition.
Les retraits annoncés de guichets automatiques sont liés au déploiement de nouveaux appareils pour les caisses Desjardins à partir de l’automne prochain. Les appareils offriront de nouvelles fonctionnalités, comme le dépôt sans enveloppe et l’écran tactile. Il appert que le nombre insuffisant de transactions soit à l’origine de cette décision unilatérale du Mouvement Desjardins. Les maires des villages touchés par cette offensive ne sont pas prêts à rendre les armes dans ce dossier qui est à suivre.