Photo prise il y a quelques mois du greffier de la Ville de Maniwaki, John-David McFaul, et du col bleu, Luc Guérette, devant le nouveau chenil de la Ville de Maniwaki sur la rue Yvette à Déléage.

Nouveau chenil de la Ville de Maniwaki : Le conseil de Déléage est contre

DÉLÉAGE – La Ville de Maniwaki a transformé il y a quelques mois son ancienne station de pompage de la rue Yvette à Déléage en chenil pour accueillir les chiens errants. Mais lors d’une récente rencontre, le conseil municipal de Déléage a adopté une résolution afin de s’y opposer.
La Ville de Maniwaki a commencé à travailler sur ce dossier durant le mandat du précédent conseil municipal. La relocalisation du refuge était une recommandation du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec suite au décès d’un chien dans l’ancien chenil de la rue Guérette à Maniwaki. La Ville a donc décidé d’utiliser le bâtiment de la rue Yvette à Déléage, qui lui appartient, et de l’aménager afin de pouvoir l’utiliser en tant que chenil. «Il y a une section pour l’entreposage du matériel et de la nourriture et la section où sont localisées les cages», nous indiquait lors d’une entrevue, en décembre dernier, John-David McFaul, greffier de la Ville de Maniwaki.
La résolution adoptée par le conseil de Déléage vise à «demander à la Ville de Maniwaki de cesser toutes activités de chenil à cet endroit et tenir la barrière fermée». La résolution stipule que «la Ville de Maniwaki n’a fait aucune démarche auprès de la municipalité de Déléage afin d’obtenir les permis ou autorisations nécessaires afin d’établir un chenil sur le territoire de la municipalité», que «l’édifice utilisé par la Ville de Maniwaki pour établir un chenil est en zone urbaine et plusieurs propriétés résidentielles sont dans ce secteur» ; qu’un «projet de camping urbain est en voie de s’installer à proximité de l’immeuble utilisé comme chenil», et que «même si ce bâtiment appartient à la Ville de Maniwaki, cette dernière ne peut se soustraire à la réglementation de la municipalité en matière de nuisance, d’insalubrité, etc.»
Il faut savoir que, si le chenil en question devait accueillir un chien, celui-ci pourrait y rester maximum 24 heures, le temps d’essayer de retrouver ses maîtres. Informée de l’opposition du conseil de Déléage face à ce dossier, la Ville de Maniwaki va étudier tous les tenants et aboutissants avant de statuer.