Mairie de Kazabazua : «Il faut réviser toute l’organisation» – Robert Bergeron

KAZABAZUA – Le candidat Robert Bergeron affirme que la population de Kazabazua réclame du changement. La venue d’une nouvelle équipe autour de la table du conseil veut dire qu’il faudra prendre le temps de bien aiguiller tous les départements, réviser le budget,  former les comités d’appoint et déterminer un plan de développement commun.

«Il est bien évident que nous aurons besoin de nous mouiller un peu. Il faudra apprendre à se connaître, à travailler ensemble, identifier les priorités au niveau du développement. Il est certain, ça saute aux yeux, qu’il faudra embellir notre village le long de la route 105. Il faudra épauler les familles, nos jeunes comme nos aînés et appuyer les organismes qui oeuvrent pour améliorer la qualité de vie de la population de Kazabazua.»

La famille

Tout tourne autour des familles. «Il faudra protéger le patrimoine et s’occuper de nos jeunes. Nous avons obtenu des subventions de l’ordre de 220 000 $ pour notre programme Être et devenir qui, en plus d’être implanté à Kazabazua, a établi des satellites à Denholm, Lac Sainte-Marie et Kazabazua. Il faudra également construire le garage municipal. Nous devrons établir sa localisation et aller de l’avant avec le projet qui est nécessaire.»

Le Village des aînés

Qu’en est-il du Village des aînés de la Vallée-de-la-Gatineau ? «Il faudra faire le point sur cet important projet qui au départ a suscité beaucoup d’espoir auprès de notre population. Il faudra rencontrer les intervenants, les organisateurs et les autorités gouvernementales pour connaître les divers programmes d’aide financière pouvant se marier à ce projet. La MRC pourrait éventuellement nous orienter en matière de besoins financiers.»

Robert Bergeron, s’il est élu, entend travailler étroitement avec les élus du conseil. «Je suis prêt et disposé à appuyer tous les élus dans leurs domaines respectifs. Ce ne sont pas les objectifs qui manquent quand nous désirons améliorer la qualité de vie de la population. C’est en travaillant ensemble que nous y parviendrons.»