De gauche à droite : Fernand Paré, directeur de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSHBO) ; Danièle Barbeau, couturière de la Friperie Koudon ; Diane Nault, présidente de la CSHBO ; Francine Fortin, mairesse de Maniwaki ; Janie Dugal, fille de Denis Dugal ; Sandra Fortin, qui chapeaute la Friperie Koudon ; Audrey Bertrand, qui donne régulièrement des vêtements à la friperie ; Claude Beaulieu, coprésident politique de la Table éducation Outaouais ; Pierre Boucher, directeur de la TÉO.

Lancement des Journées de la persévérance scolaire : Un prix remis à la Friperie Koudon

MANIWAKI – La Table éducation Outaouais (TÉO) a profité lundi du lancement des Journées de la persévérance scolaire (JPS) 2018 pour annoncer la création d’un nouveau prix : le Prix impact persévérance scolaire (IPS) Denis-Dugal.
Claude Beaulieu, coprésident politique de la TÉO, a procédé à l’annonce devant des étudiants et intervenants de la Cité étudiante de la Haute-Gatineau : «Je suis fier d’annoncer la création de ce nouveau prix créé par la TÉO. La CÉHG est une école dynamique, où les élèves sont reconnus pour redoubler d’ardeur afin de réussir et faire preuve d’innovation. Nous leur remettons donc le Prix IPS Denis-Dugal 2018, notamment pour le projet «La Friperie Koudon», réalisé en partenariat avec le Carrefour jeunesse emploi de la Vallée-de-la-Gatineau depuis plusieurs années. Ce projet est cité en exemple partout dans la région comme étant un modèle d’innovation et un excellent véhicule pour transformer les passions des jeunes en réalisations concrètes menant à leur réussite.»
Le Prix IPS Denis-Dugal a été créé suite au décès précipité de monsieur Dugal en février 2017, peu de temps après son départ à la retraite. Monsieur Dugal est reconnu comme étant le fondateur de la TÉO. Pendant près de 40 ans, il a travaillé au bien-être et à la réussite des élèves, notamment comme enseignant, mais aussi comme directeur régional du ministère de l’Éducation. Après sa retraite, il a continué à s’impliquer en éducation en devenant secrétaire général de la Table éducation Outaouais.
Monsieur Beaulieu a tenu à souligner que «après sa retraite, monsieur Dugal a continué à travailler, pas parce qu’il en avait besoin, mais parce qu’il avait la passion de son travail. La persévérance scolaire était au cœur de ses préoccupations. La réussite des élèves, c’était sa mission» .
C’est donc pour souligner cette passion que le prix a été créé, ceci, pour reconnaître tout le travail qui se fait dans les institutions et les organismes en matière de persévérance scolaire dans la région. Le Prix IPS Denis-Dugal sera remis annuellement au projet s’étant le plus démarqué dans la région parmi les projets soutenus par la TÉO. De plus, les récipiendaires verront leur financement renouvelé automatiquement et une bourse de 1 000$ leur sera accordée pour bonifier le projet.

Un espace créatif pour les jeunes
La Friperie Koudon occupe depuis cinq ans un local de la Cité étudiante. Le projet est chapeauté par Sandra Fortin, agente à l’entrepreneuriat jeunesse pour le Carrefour jeunesse emploi Vallée-de-la-Gatineau. «On travaille sur ce projet depuis 2012, explique-t-elle. Ça marche, les jeunes aiment ça. L’argent remis avec le Prix Denis-Dugal servira à acheter du matériel.»
Koudon, c’est plus qu’une simple friperie. C’est aussi un espace de créativité où les jeunes apprennent à coudre avec l’aide de Danièle Barbeau, couturière, grâce à des vêtements et tissus donnés par la communauté. Ils peuvent venir du lundi au jeudi midi ainsi que le lundi et mercredi après l’école car il y a un deuxième transport scolaire.
Les vêtements non modifiés sont donnés à des jeunes. Ceux qui ont fait l’objet de travaux de couture sont vendus à prix très bas. La friperie propose aussi des tenues de graduation, dont de magnifiques robes de bal qui n’ont servi qu’une seule fois. Le projet compte également un volet entrepreneurial : l’objectif est de sensibiliser à la récupération tout en développant des valeurs entrepreneuriales comme la passion, le travail d’équipe, l’autonomie, etc.
La mairesse de Maniwaki, Francine Fortin, a profité de la rencontre de lundi pour donner à la friperie un très beau costume pour homme. «J’encourage fortement l’initiative du Carrefour jeunesse emploi, explique-t-elle. C’est un beau projet qui m’épate. Actuellement, il y a une pénurie de vêtements pour garçons pour la graduation. J’appelle les gens qui en auraient à donner à les porter au carrefour. Ça vaut la peine et ça permet d’encourager les jeunes.»
Parmi les personnes qui font régulièrement des dons à la friperie, il y a notamment le docteur Audrey Bertrand. «Je donne des vêtements presque tous les mois, explique-t-elle. Ça permet de faire du recyclage tout en aidant les jeunes qui souhaitent faire de la couture ou tout simplement porter ces vêtements qui souvent sont encore bons.»
Les personnes qui auraient des vêtements ou accessoires à donner pour la friperie peuvent les apporter au Carrefour jeunesse emploi. Renseignements : 819-441-1165.