Le maire de Gracefield, Réal Rochon.

De petites surprises : Les élus se penchent sur le budget

GRACEFIELD – Réal Rochon, maire nouvellement élu à Gracefield, a bien voulu commenter certains dossiers municipaux et particulièrement celui de l’adoption du budget 2018 qui approche à grands pas. L’exercice lui a réservé certaines surprises à un point tel qu’il ne peut en dire plus long sur le taux de la taxe foncière qui sera appliqué pour la prochaine année.
«Le budget, c’est l’affaire de tous les élus. Je dois dire que j’ai eu droit à quelques surprises. La ville a beaucoup investi ces dernières années. Il reste à voir pour certains postes budgétaires. Nous avons aboli l’utilisation des fameuses cartes de crédit par nos employés pour s’en tenir à la libre concurrence comme c’était le cas dans le passé.»

Le réseau routier
Le maire ne s’est pas encore entretenu avec la députée-ministre de Gatineau, Stéphanie Vallée, concernant le réseau routier municipal. Les chemins municipaux, particulièrement dans le secteur de Northfield, «ont besoin d’un peu plus d’amour» comme le souligne le maire. Il rappelle que des demandes précises, en ce sens, ont été acheminées aux autorités concernées par l’ex-mairesse, Joanne Poulin, et la ville s’attend à de bonnes nouvelles d’ici peu, particulièrement en ce qui concerne les chemins de Bouchette et Rivière Gatineau.

Pémichangan
La réunion publique que devait convoquer le maire Rochon sur la mise à l’eau du lac Pémichangan a été remise à la mi-février. Mais le dossier progresse. Il y aura même une possibilité d’entente entre un contribuable résident et un villégiateur pour aménager cette fameuse mise à l’eau. Les propriétaires du Gatineau Fish and Game Club sont également intéressés à l’aménagement d’une mise à l’eau sur leur propre propriété.

Embellissement
Des travaux ont été faits pour embellir la ville mais il en reste beaucoup à faire, notamment sur la rue Principale dans le centre-ville. L’aménagiste, Mélanie Auger, en est à la dernière année d’un contrat de trois ans. Les autorités de la ville doivent s’entretenir avec le propriétaire du Metro Gracefield, Maxim Kelly, afin d’explorer diverses façons d’embellir le secteur.
Le contribuable, Denis Rondeau, a des idées sur les façons d’embellir la ville. Il a fait parvenir ses suggestions aux autorités de la ville. Le maire Rochon a indiqué que les élus allaient se pencher sur ces suggestions. «Nous avons même adressé une lettre de félicitations et de remerciements à M. Rondeau pour témoigner de notre intérêt et lui faire savoir toute notre appréciation pour le geste qu’il a posé.»
Questionné sur la possibilité que la rue Principale, tout comme la rue Sparks à Ottawa, puisse être transformée en rue piétonnière, le maire Rochon a indiqué qu’il n’y avait jamais songé.