Dans l’ordre, nous reconnaissons le maire Réal Rochon, Roxanne Marois, porteuse du dossier, Katie Barbe, conseillère municipale, Sylvie Dupont, Raymonde Carpentier, Anick Caron, Joanne Lafrenière et Bernard Caron.

En plein carnaval : Gracefield lance sa politique familiale

GRACEFIELD – Les autorités de la Ville de Gracefield ont profité de l’ambiance carnavalesque pour lancer et dévoiler sa politique familiale vendredi soir dernier au Centre récréatif et communautaire de Gracefield.
La conférence de presse, dirigée par la porteuse du projet, Roxanne Marois, a donné lieu aux discours du maire de Gracefield, Réal Rochon, et la conseillère responsable du dossier auprès du conseil municipal, Katy Barbe.
«La politique familiale municipale renferne un ensemble de mesures et d’interventions municipales qui expriment la volonté du conseil de ville de s’engager à favoriser le mieux-être des familles vivant sur son territoire. À la suite de mon élection, j’ai pris le temps de m’informer sur le projet, d’en prendre connaissance. Les membres du conseil veulent développer le réflexe de penser et agir en fonction des besoins de nos familles et de nos aînés», affirme le maire Réal Rochon.

Du bon travail
Un comité de pilotage du projet a été mis sur pied il y a deux ans. Les membres de ce comité ont travaillé à rassembler tous les moyens susceptibles d’améliorer la qualité de vie des familles à Gracefield.
Divers sondages ont été effectués sur la situation sociale et économique à Gracefield et plusieurs défis pointent à l’horizon quant à la façon de faire pour améliorer la situation. La politique familiale se veut rassembleuse et évolutive. Elle s’inscrit dans un processus de collaboration entre les citoyens, les villégiateurs, les organismes communautaires, les services et les commerces de proximité et les intervenants du milieu.

Une vision commune
La politique familiale s’adresse à un noyau de personnes de tous âges et sans distinction qui sont unies par des liens multiples et variés dans lequel les besoins de chacun sont considérés. Les membres d’une famille forment un milieu de vie où sont partagés affection, entraide et coopération.
«Une politique familiale ne saurait s’élaborer sans le travail, le bénévolat sans mesure, la ténacité et l’engagement. À cet égard, nous tenons à remercier toutes les personnes qui, par leur générosité, ont consacré leur temps et leur expertise à sa réalisation», ajoute le maire Rochon.

L’appui des élus
Katy Barbe, nouvellement élue conseillère, hérite du dossier de la politique familiale au conseil. «Je vais m’approprier le dossier. Je crois, qu’ensemble, nous pouvons travailler afin d’améliorer la qualité de vie de nos familles et de nos aînés.»
Mme Barbe a d’abord tenu à souligner le travail remarquable du comité de pilotage qui a été formé il y a deux ans. Le comité est composé de la chargée de projet, Anick Caron, Bernard Caouette, directeur général et greffier de la Ville de Gracefield, Bernard Caron, Maurice Gagnon, Roxanne Marois, porteuse de dossier, Joanne Lafrenière, organisatrice communautaire et responsable des saines habitudes de vie auprès du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), la citoyenne Sylvie Dupont, France Châtelain de Familles d’abord, Raymonde Carpentier, représentante des aînés et Stéphanie Pétrin, coordonnatrice des loisirs et responsable de la bibliothèque par intérim.
«Une évaluation continue de l’application de cette nouvelle politique permettra à la ville d’intégrer graduellement d’autres dimensions dans le futur, par exemple la MADA (municipalité amie des aînés), un programme que plusieurs municipalités de la région ont l’intention d’adopter à court terme», rajoute Katie Barbe.
La nouvelle politique est principalement axée sur la création d’emplois locaux, les loisirs et la culture, les aînés, la sécurité et la propreté, la communication et les saines habitudes de vie. Une aide financière de 10 500 $ a été nécessaire à la création de la politique. Les élus, qui sont actuellement en période d’analyse budgétaire, devraient y prévoir une somme d’argent qui aidera au financement de certaines activités inhérentes à la nouvelle politique.