Une ségrégation professionnelle selon le sexe

LA GATINEAU – Le rehaussement du niveau de scolarité des femmes ne s’est pas accompagné d’une diversification de leurs choix professionnels. En effet, elles continuent de s’orienter vers les mêmes filières de formation, de sorte que l’on observe toujours une ségrégation professionnelle selon le sexe.

En Outaouais, comme dans l’ensemble du Québec, la main-d’œuvre féminine est moins diversifiée que la main-d’œuvre masculine. Ainsi, les 15 principales professions exercées par les femmes regroupant 41 545 d’entre elles ou 42,5 % de la population active féminine à l’échelon régional comparativement à 41,4 % au Québec.

En Outaouais, les 5 professions exercés par le plus de femmes sont adjointe administrative, agent d’administration, vendeuse dans le commerce de détail, caissière et éducatrice de la petite enfance. Au total, ces profgessions regroupent 21,6 % de la main-d’œuvre féminine régionale. Dans l’ensemble du Québec, la profession d’agente d’administration ne figure pas parmi les 5 principales professions alors que celle d’infirmière autorisée et d’infirmière psychiatrique autorisée occupe le 5e rang. Ainsi, les 5 principales professions emploient 21,1 % de la main-d’oeuvre féminine de l’ensemble du Québec.

Seulement 28,4 % de la main-d’œuvre masculine régionale exerce l’une ou l’autre des 15 principales professions occupées par les hommes en regard de 26,1 % de la main-d’œuvre au Québec. Les  5 principales professions, alors que celle de mécanicien occupe le 5e rang. Au total, les 5 principales professions emploient 12,2 % de la main-d’œuvre masculine de l’ensemble du Québec.

Les principales professions

Parmi les 15 principales professions occupées par des femmes en Outaouais, 12 sont à prédominance féminine, avec un taux de féminité de la main-d’œuvre de 66 % et plus. Du côté de celles qui sont occupées par des hommes, 9 sont considérées comme étant à prédominance masculine, c’est-à-dire que l’on y emploie au moins 66 % de personnel masculin. Le salaire moyen des travailleuses de la région est moins élevé que celui des travailleurs, que ce soit pour l’ensemble des 15 principales professions exercées par les femmes (32 382 $ comparativement à 33 609 $) ou pour les 15 principales professions exercés par les hommes (29 702 $) en comparaison de 35 912 $). Dans seulement 7 des principales professions exercées par les femmes ou les hommes de la région (25 groupes professionnels), les femmes touchent un salaire moyen plus élevé, que celui de leurs homologues masculins : il s’agit des caissières, des éducatrices de la petite enfance, des serveuses au comptoir, des réceptionnistes, des agentes de sécurité, des cuisinières ainsi que des garnisseuses de tablettes et d’autres commis dans les magasins. Parmi ces professions, seulement 3 procurent un salaire moyen supérieur à 20 000 $.

On observe également que, contrairement à ce qui se produit dans l’ensemble du Québec, les Outaouaises sont plus susceptibles que les Outaouais de travailler à temps plein toute l’année dans l’une ou l’autre des 15 principales professions exercées par les femmes, soit 49,3 %, comparativement à 46,1 % pour les Outaouais. Ce n’est cependant pas le cas en ce qui concerne les 15 principales professions exercées par les hommes, soit 46,5 % pour les femmes en comparaison de 53,1 % pour les nommes. Ainsi, particulièrement dans la région de l’Outaouais, un meilleur accès des femmes aux professions à prédominance masculine favorise la diversification de l’emploi chez elles, mais il semble loin de résoudre les inégalités entre les sexes sur le marché du travail. En effet, selon les données  de l’ENM, les femmes qui travaillent dans les 15 principales professions exercées par les hommes touchent un salaire moyen moins élevé que celui des travailleuses des 15 principales professions occupées par des femmes et sont moins susceptibles que celles-ci de travailler à temps plein toute l’année.

Source : Portrait statistique : femmes-hommes du Conseil québécois du statut de la femme