La scolarité et la situation d’emploi

LA GATINEAU – Le taux d’emploi des femmes non diplômées en Outaouais est de 41,0 % tandis que celui des hommes atteint 52,9 %. Toutefois, le taux d’emploi de ces femmes s’avère supérieur à celui des femmes de l’ensemble du Québec (38,3 %).

En Outaouais la différence du taux d’emploi entre les hommes et les femmes s’atténue plus fortement que dans l’ensemble du Québec avec l’obtention d’un DEP » Par ailleurs, le taux d’emploi des diplômées universitaires de la région (84,4 5) demeure inférieur à celui de leurs homologues masculins (86,3 %).

Le jeu des sexes

L’écart selon le sexe pour ce qui est du taux d’emploi de la population immigrante est considérable. Comme c’est le cas pour l’ensemble de la population, les immigrantes sans diplôme affichent le taux d’emploi le plus faible (35, %). Ce groupe obtient la plus forte différence de taux d’emploi par rapport aux hommes, soit 17,5 points de pourcentage de moins.

Par contre, la population immigrante de l’Outaouais laisse voir de meilleurs résultats sur le marché du travail que celle de l’ensemble du Québec. Le taux d’emploi des immigrantes de la région ayant au moins un diplôme d’études secondaires (DES) se situe à environ 6,0 points de pourcentage de plus que celui des immigrantes de l’ensemble du Québec. Les immigrants ayant obtenu au moins un DEP affichent aussi un taux d’emploi de 4,0 points de pourcentage de plus que celui des immigrants de l’ensemble du Québec.

Le marché du travail

En général, la situation sur le marché du travail s’améliore avec la scolarité. Cependant, la situation est légèrement différente pour la population immigrante de l’Outaouais. En effet, les immigrants titulaires d’un DEP ont dans la région un taux d’emploi supérieur à celui de l’ensemble de la population régionale du même niveau de scolarité. Fait à noter, ce diplôme favorise moins les immigrantes, puisqu’elles affichent un taux d’emploi très semblable à celui de l’ensemble de la population du même niveau de scolarité. Par ailleurs, des études plus avancées n’avantagent pas autant la situation en emploi des immigrantes qu’elles ne le font pour la population en général. Ainsi, le taux d’emploi des immigrantes atteint son maximum chez les titulaires d’un DEP. De même, le taux d’emploi des immigrantes diplômées universitaires, est inférieur à celui des immigrants qui ont obtenu un diplôme d’études collégiales (DEC).

Source : Portrait statistique : femmes-hommes du Conseil du statut de la femme du Québec