Développement de la Véloroute des draveurs : La MRC poursuit les démarches

LA GATINEAU – Trois points à l’ordre du jour de la rencontre de décembre du conseil des maires de la MRC concernaient le parc linéaire. Dans un premier temps, les élus ont adopté une résolution par laquelle la MRCVG consent à assumer sa part des coûts dans le cadre de la réalisation du projet de mise à niveau et d’asphaltage de la partie du parc linéaire allant du chemin de l’Entrée Nord à Messines jusqu’à la limite nord de cette même municipalité, le tout tel qu’indiqué dans le cadre de la demande d’aide financière déposée auprès du sentier Transcanadien.

La MRCVG a déjà procédé à l’asphaltage d’un tronçon de 21 kilomètres situés entre la ville de Gracefield et la municipalité de Messines, ce qui a occasionné une hausse significative de l’achalandage sur la Véloroute des Draveurs, de même qu’une diversification de la clientèle. La MRCVG juge opportun de procéder à la mise à niveau et à l’asphaltage du tronçon de la Véloroute situé entre le chemin de l’Entrée Nord à Messines et la limite nord de cette municipalité. Cette démarche permettrait de rejoindre la communauté de Kitigan Zibi Anishinabeg avec une infrastructure à jour.

Dans la poursuite du déploiement du sentier Transcanadien au Québec, l’organisme a mis de l’avant un nouveau programme de financement pour lequel ce projet pourrait être admissible. Le conseil des maires de la MRC a adopté donc, le 19 septembre 2017, une résolution afin d’autoriser les représentants de la MRC à déposer une demande de financement auprès du sentier Transcanadien. Or, pour poursuivre l’analyse de la demande d’aide financière, la direction nationale du sentier Transcanadien souhaite avoir une confirmation de l’engagement financier de la MRC.

Une deuxième résolution a été adoptée afin d’autoriser la présentation du projet de mise à niveau et d’asphaltage au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives – phase IV.

La MRCVG envisage de mettre à niveau et asphalter le tronçon situé entre la ville Gracefield et la municipalité de Low et ce projet pourrait être admissible au programme de soutien aux installations sportives et récréatives phase IV. Pour l’avoir expérimentée pendant près de vingt ans, la criblure de pierre engendre des frais d’entretien annuel importants et nécessite des rechargements réguliers afin de maintenir une surface de roulement adéquate. L’asphaltage permettrait de réduire les frais récurrents d’entretien annuel, de mieux conserver et valoriser les actifs, en plus d’augmenter la durée effective de la saison cyclable sur la Véloroute des Draveurs. Il permettrait aussi de diversifier les types d’usagers et principalement d’attirer une nouvelle clientèle de cyclistes en plus grand nombre et d’organiser des événements sportifs et familiaux en fonction des différentes pratiques du vélo. Ce projet aura dès lors des retombées économiques dans le milieu et constituera une infrastructure de qualité sur laquelle adosser le développement récréotouristique du territoire val-gatinois, conformément au concept de corridor récréatif de la rivière Gatineau dont le parc régional linéaire constitue le volet terrestre selon les éléments du schéma d’aménagement et de développement en révision de la MRCVG, pour en faire une destination récréotouristique située à moins d’une heure de la région de la capitale nationale (Gatineau-Ottawa).

Enfin, une troisième résolution a été adoptée afin d’appuyer le projet de Michael Mercier et Vicky Veilleux, qui souhaitent acquérir la propriété située au 1, chemin de l’Alpage afin d’y établir un commerce de multiservices regroupant un café et un commerce de vélo. Le bâtiment situé à cet endroit empiète dans l’emprise du parc linéaire. Les requérants ont sollicité la MRC afin d’obtenir une permission d’occupation avec construction d’une superficie de 1 761,14 mètres carrés. Or, l’emprise du Parc linéaire appartient au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET). La MRCVG a donc décidé d’appuyer les requérants dans leurs démarches auprès du MTMDET.