Adoption des prévisions budgétaires de 2018 : Hausse du compte de taxe de 8,7%

DENHOLM – Il y avait rencontre extraordinaire du conseil municipal lundi soir afin d’adopter les prévisions budgétaires de 2018. Les faits majeurs sont les suivants : le budget s’élève à 2 059 451$ et il y aura une hausse du compte de taxe de 8,7%.

Les revenus se répartissent ainsi : taxes générales et compensations, 1 446 162 $ ; paiement tenant lieu de taxes, 36 347 $ ; imposition de droits, 34 150 $ ; subvention salle communautaire, 27 782 $ ; subvention réseau routier (1993), 221 924 $ ; revenus entente avec Low, 136 409 $ ; redevances, 64 701 $ ; divers revenus, 91 976 $.

Les dépenses sont les suivantes : conseil municipal, 104 890 $ ; administration, 370 861 $ ; évaluation, greffe et gestion MRC, 32 652 $ ; assurances, électricité, concierge, commandites, 69 910 $ ; protection contre incendie, 131 585 $ ; sécurité publique et civile, 81 217 $ ; voirie été, 312 964 $ ; voirie hiver, 226 347 $ ; éclairage des rues, 7 000 $ ; transport collectif et Régie intermunicipale de l’aéroport de Maniwaki, 26 528 $ ; hygiène du milieu, 264 243 $ ; urbanisme, zonage et développement économique, 117 754 $ ; loisirs et culture, 21 326 $ ; frais de financement et intérêts, 35 444 $ ; financement long terme des immobilisations, 370 642 $ ; surplus 2016 affecté au Programme RIRL, 113 912 $.

Les élus ont aussi adopté le règlement sur les taux de taxe 2018. Taxes foncières générales : 1,00 $ par 100 $ de la valeur portée au rôle d’évaluation. Taxes foncières spéciales pour le service de la dette des camions de pompiers : 33,86 $. Compensation pour l’enlèvement et l’enfouissement des ordures ménagères résidentielles et l’enlèvement et la gestion des matières recyclables : 205 $ par unité de logement, qu’il soit occupé ou non. Taxe Sûreté du Québec : 0,08 $ par 100 $ de la valeur portée au rôle d’évaluation. Compensation pour la vidange de fosse septique : 120 $ par unité de logement et 60 $ par unité de logement villégiature, qu’il soit occupé ou non. Taux de taxation pour les quotes-parts MRC de la Vallée-de-la-Gatineau : 0,15 $ par 100 $ de la valeur portée au rôle d’évaluation. Taxes foncières spéciales pour le service de la dette de la salle communautaire municipale : 13,54 $. Taxe de secteur spéciale pour les propriétés de la rue Paris : il sera prélevé sur tout immeuble imposable avec bâtiment porté au rôle d’évaluation foncière une taxe de secteur spéciale de 418,86 $ et il sera prélevé sur tout immeuble imposable sans bâtiment porté au rôle d’évaluation foncière une taxe de secteur spéciale de 209,43 $ pour le service de la dette de la verbalisation de la rue Paris. 

Comme l’explique le maire, Gaétan Guindon, la hausse du compte de taxes est principalement due à trois choses : «Il y a le pont que l’on doit construire dans le secteur de Poisson-Blanc et Verge-d’or. Les plans et devis étant déjà faits, on attend juste la confirmation pour une subvention mais on devra mettre entre 30 000 et 35 000$. Il faut que ça se fasse, on n’a pas le choix, sinon on risque de couper un grand nombre de personnes dans le coin du lac Rond, du lac Sam, du Camp Air-Eau-Bois et une partie du secteur de Bowman. Deuxièmement, il y a le contrat de déneigement dans le secteur Farrellton qui n’était pas prévu mais, compte-tenu de la fermeture du chemin Paugan, nos camions ne peuvent pas y aller. Et finalement, on vient de recevoir la facture pour les travaux préliminaires sur le chemin Paugan qu’on a faits faire d’urgence le 30 octobre, qui s’élève à 55 000$. C’est clair que, si on n’avait pas eu ces évènements, probablement qu’on aurait eu une très petite augmentation de l’ordre de 1,5 à 1,7%, mais là on n’a pas le choix de faire cette augmentation de taxes. Jusque fin septembre on était dans nos budgets, même plus bas au niveau des dépenses, on prévoyait d’arriver sans problème, mais quand l’évènement du 30 octobre est arrivé tout s’est effondré».

Cette hausse vient appuyer le fait que la municipalité peut très difficilement continuer à assumer la gestion du chemin Paugan. Denholm est composée à 84% de terres publiques et son pouvoir de taxation en est d’autant plus diminué. «On voit le mur arriver, déplore Gaétan Guindon. On n’a pas d’aide supplémentaire du gouvernement et on ne peut pas préparer un budget en supposant qu’on va avoir de l’aide. Les autres options sur la table c’est un morcellement de la municipalité éventuellement, des ententes spécifiques avec d’autres municipalités, ou encore une fusion avec d’autres municipalités. Tout est sur la table au moment où on se parle. Si il nous arrive une autre catastrophe, on ne sait pas ce qu’on va faire. On espère trouver des solutions plus permanentes pour se maintenir à flot car on n’a pas d’augmentation de la population et on a eu une diminution l’année dernière du rôle d’évaluation ce qui a un impact sur le budget. On a beau maintenir le budget serré, aussitôt qu’on met un peu d’argent de côté il est tout de suite mangé, particulièrement par le chemin Paugan mais aussi d’autres incidents car le réseau est en très mauvais état».

À noter que la prochaine rencontre du conseil aura lieu le 15 janvier au lieu du 16.