Une partie des participants à l’arrivée du solstice d’hiver.

Communauté Métis Autochtone de Maniwaki : Une centaine de membres au solstice d’hiver

Serge Paul, président-chef de la Communauté Métis Autochone de Maniwaki.

MESSINES – Le solstice d’hiver a lieu aujourd’hui (jeudi). Mais les membres de la Communauté Métis Autochtone de Maniwaki (CMAM) ont souligné son avènement samedi dernier par un rassemblement au Centre multiculturel de Messines auquel ont participé une centaine de membres de l’organisme.

La CMAM répète cet évènement annuel depuis sept ans déjà. «C’est l’occasion pour nos membres de s’amuser et de festoyer à l’approche de la nouvelle année. C’est une rencontre culturelle et sociale au cours de laquelle nous préparons et servons notre fameux cipaille et tourtières apprêtés avec de la viande sauvage. Nous accueillons aujourd’hui (samedi) des membres de la Vallée-de-la-Gatineau mais aussi de Lanaudière, Gatineau, des Laurentides et de Montréal», indique le président-chef de la CMAM, Serge Paul.

La lutte juridique se poursuit

Le président-chef a confirmé que la lutte pour la reconnaissance des droits de subsistance des Métis se poursuivait et qu’elle allait atteindre son apogée en avril 2018.

Plusieurs membres se sont prêtés à la cérémonie de purification qui a précédé le repas du midi samedi dernier au Centre multiculturel de Messines.

«Comme l’indique l’arrêt Powley, nous voulons que les autorités canadiennes reconnaissent nos droits de chasser pour notre subsistance. Nous avons amorcé une démarche devant les tribunaux en 2006. Nous avons décidé récemment de continuer la bataille dans laquelle nous avons, jusqu’à maintenant, en englouti la somme de 90 000 $. Il en faudra 40 000 $ de plus pour poursuivre notre démarche. Des spécialistes en généalogie se penchent actuellement sur notre défense. Leurs services sont indispensables. On peut dire qu’ils oeuvrent pour nous de façon volontaire en ce sens qu’ils n’exigent pas des sommes faramineuses pour leurs recherches. C’est presque gratuit, comme on pourrait dire.»

Serge Paul rappelle que les premiers Métis se sont établis dans la région, spécifiquement à Lac Sainte-Marie et qu’ils se sont graduellement déployés sur tout le territoire de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau. La CMAM compte 6 000 membres, répartis sur tout le territoire de la MRC-VG de même que du Québec. «Les jeunes Métis de notre région qui sont partis pour les études ou pour un emploi tiennent à leur membership à la CMAM. C’est pourquoi le nombre de nos membres augmentent annuellement», conclut Serge Paul.

Afin de distraire les membres, Benoit Clément, membre du conseil d’administration de la CMAM, et guitariste-chanteur, a fait les frais de la musique folklorique après de repas du midi. Et comme tout artiste qui se respecte, il avait les fourmis dans les jambes avant de monter sur scène.