Les membres du conseil d'administration de la coopérative avec, de gauche à droite : Vicky Veilleux, Alex Meunier, Kimberley Mason, Valérie Collin, gérante qui est membre travailleuse au sein du CA, et Karine Leroux.

Coopérative de solidarité de Bouchette : Ouverture officielle de son dépanneur

BOUCHETTE – La Coopérative de solidarité de Bouchette a atteint son objectif : maintenir un service de proximité essentiel dans le village, en reprenant la gestion du dépanneur. L’organisme a procédé la semaine dernière à l’ouverture protocolaire de ce dernier sous la forme d’une soirée 6 à 8 dans les locaux du 40, rue Principale. L’événement a été l’occasion de rendre compte du chemin parcouru depuis les derniers mois et d’exposer les buts visés par le conseil d’administration de la Coopérative de solidarité de Bouchette, tout en soulignant la contribution des partenaires.

La coopérative a été fondée le 19 avril 2017, en anticipation de la fermeture du dépanneur Chez Pierre le 30 avril 2017, dont les propriétaires, Pierre Gorman et sa conjointe, se sont occupés pendant de nombreuses années. «Il y avait une absence d’acheteurs, explique Kimberley Mason, présidente de la coop. Notre projet est né du fait qu’un groupe de gens s’inquiétaient de l’avenir du village sans dépanneur. On a formé un comité provisoire. On s’est renseigné sur ce que ça impliquait le modèle coopératif, où on pouvait aller chercher du support financier, ce que ça impliquait comme organisation. Ensuite, on a dû monter notre plan d’affaires pour aller à la recherche de financements. On a aussi sondé la communauté et la majorité nous a dit qu’elle supporterait notre projet. On s’est inspiré du projet de coopérative à Montcerf-Lytton, ce qui nous a permis un comparable avec une autre petite municipalité qui se prend en main. On a organisé une première rencontre d’information publique où encore là on a eu le vent dans les voiles pour finalement se constituer en bonne et due forme en tant que coopérative le 19 avril.»

Cette dernière, qui loue les locaux, a ouvert son dépanneur le 30 juin 2017. Son but est d’assurer qu’un commerce de proximité offre des services à la population de Bouchette et ses villégiateurs.

Le projet a permis de créer quatre emplois : il y a la gérante, Valérie Collin, un caissier à temps plein et deux caissiers à temps partiel. Plus de 220 personnes sont membres de la Coopérative de solidarité de Bouchette, qui a reçu le prix Marcel-Marcotte pour la meilleure coopérative émergente en 2017, octroyé par la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais.

Plusieurs partenaires ont appuyé le projet. «Le principal, c’est la MRC Vallée-de-la-Gatineau qui nous a accordé un prêt et une subvention, explique Kimberley Mason. Ça représentait 80% du montant nécessaire pour démarrer le projet. Pour le 20% restant, on a vendu des cartes de membres et des partenaires nous ont fait des dons. Donc c’est véritablement un travail d’équipe, on a eu besoin d’un paquet d’intervenants pour y arriver.»

La coopérative a mis en place un système de fidélisation des membres. Il est encore possible de le devenir. Il y a différentes catégories : les membres utilisateurs, les membres de soutien, les membres travailleurs. En plus de tout ce qu’on peut retrouver dans un dépanneur, une large place est faite aux produits locaux. De nouveaux produits et services sont en développement pour les membres et clients. «On veut savoir ce que les gens veulent avoir, pour bonifier l’offre de services, commente Kimberley Mason. On veut offrir un dépanneur multi-produits et potentiellement multi-services.»

Renseignements sur le site Internet coopbouchette.com