De gauche à droite : Josée Brisebois, Manon Mercier, Sébastien McNeil, Michel Gauthier, Nadia Dufour, Mario Marcil, Julie Gravel et Pauline Patry.

AGA de la MCVG : Une année complexe mais charnière

MANIWAKI – L’assemblée générale annuelle de la Maison de la culture Vallée-de-la-Gatineau, qui devait avoir lieu en juin mais avait dû être décalée car le quorum n’était pas atteint, a finalement été organisée la semaine dernière. Dans son rapport annuel, le président de la MCVG, Michel Gauthier, explique que 2016 a été «une année complexe mais en même temps une autre année charnière pour l’avenir de l’organisme et de la diffusion culturelle dans la Vallée-de-la-Gatineau».

L’année 2016 aura été marquée par des démarches complexes sur deux plans : la préparation du concours d’architecture pour le projet de reconstruction de la salle de spectacle ; la structuration du programme de financement pour la participation de 7,1 millions du ministère de la Culture. «La MCVG est le promoteur du projet de reconstruction mais n’est pas propriétaire de l’édifice à rénover, explique Michel Gauthier. Cette situation a entraîné une problématique qui a failli faire dérailler le projet puisque la MCVG n’a pas les actifs pour garantir un prêt de 7,1 millions. La situation a finalement été dénouée grâce à l’initiative de la MRC Vallée-de-la-Gatineau, qui a accepté de se porter garante du prêt. Côté architecture, nous sommes arrivés dans le décor alors que les règles habituelles avaient été changées, ce qui a retardé le dossier de plusieurs mois. En bout de ligne, les deux dossiers ont trouvé leur aboutissement en même temps, au début de 2017.»

À titre de diffuseur intermédiaire reconnu par le ministère de la Culture, la MCVG a pour objectif de présenter 20 spectacles par année et elle est soutenue financièrement en conséquence. En 2016-2017, cet objectif a été dépassé avec la présentation de 21 spectacles, dont ceux en collaboration avec le Festival des arts de la scène val-gatinois à Lac Sainte-Marie et le Festival country de Bois-Franc, les autres étant présentés à l’auditorium de la Cité étudiante.

Côté finances, l’année 2016 a été difficile. «Toutefois, le virage pris au niveau de la programmation aura permis de renverser la tendance, commente Michel Gauthier. Nous présentons encore un déficit d’exploitation, mais celui de 2016 a été réduit de 50% comparativement à l’année précédente. Nous prévoyons un autre déficit pour 2017, mais moindre que l’année 2016. L’exploitation de la nouvelle salle nous permettra de revenir à l’équilibre budgétaire.»

Dernièrement, les esquisses de la nouvelle salle de spectacle ont été présentées. Les avis ont été unanimes face à cette architecture spectaculaire, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Les travaux débuteront en mai prochain. Durant un an, les spectacles seront donc présentés à l’Auberge du draveur, à la salle municipale de Messines et celle de Bois-Franc.

Durant l’AGA, les statuts et règlements de la MCVG ont été modifiés avec l’ajout de deux membres nommés au sein du conseil d’administration, qui devront avoir une expertise dans un domaine précis. Par ailleurs, le quorum de l’AGA a été fixé à 11 personnes membres, peu importe le nombre total de membres. À noter que la MCVG compte 264 membres.