Une année stimulante pour Action Plein Air Haute-Gatineau : Une prise en charge locale bénéfique

BOUCHETTE – Action Plein Air Haute-Gatineau (APAHG) a repris les guides du Festival de l’eau vive (FEV) et l’édition 2017 contrairement aux éditions antérieures a remporté un vif succès quant à la participation de la population ainsi qu’aux impacts financiers bénéfiques pour l’organisme.

Il a été question de cette histoire à succès qu’a été le FEV 2017 lors de l’assemblée générale annuelle de APAHG qui avait lieu dimanche dernier au restaurant l’Huile d’olive du Village Majopial à Bouchette.

«Nous avons vécu une montagne russe d’émotions avec l’organisation du FEV cette année. Ce fut un succès et les participants ont apprécié l’activité. APAHG est passé d’un important déficit à un très bon bénéfice en 2017. Il n’y a aucun doute que ce résultat a un impact positif sur la préparation de notre programmation pour 2018. Nous avons tout fait cette année sans vraiment savoir comment faire. Préparer le terrain, rencontrer les commanditaires. Sans leur soutien, de même que de l’appui de la population, il n’y aurait tout simplement de FEV. Nous avons tous ressenti un sentiment d’accomplissement incroyable», d’indiquer Vincent Bourque, président sortant de l’organisme.

La trésorerie

Le trésorier, Normand Besner, était tout souriant quand il a livré le bilan financier de 2017 qui se résume à des revenus de 55 237,75 $ contre des dépenses de 44 445,84 $ pour un solde positif de 16 809,77 $. Les bénéfices nets du FEV-2017 ont totalisé 10 738,97$.

Les règlements généraux

Les membres en assemblée générale ont modifié quelques règlements généraux dont celui du vote prépondérant du président en cas d’égalité des membres du conseil d’administration sur un sujet donné. Les membres ont opté pour un consensus et comme l’indiquait Vincent Bourque, il n’est pas arrivé au cours des dix dernières qu’une décision ait nécessité le vote prépondérant du président. Le président n’aura donc pas de vote prépondérant à la table des administrateurs qui voudront plutôt en arriver à un consensus avant de rendre une décision finale.

Le siège social de APAHG est actuellement situé à Bryson dans la région de Pontiac. «C’est tout simplement une question d’efficacité puisque j’habite Bryson. Mais nous en discuterons lors de notre prochaine rencontre au conseil d’administration où nous en profiterons pour distribuer les postes stratégiques au sein de notre organisation.»

Des louanges à APAHG

Caroline Marinier, agente de développement touristique à la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, a louangé APAHG de même que le Pôle d’excellence en récréotourisme de l’Outaouais (PERO) pour l’excellence de leur travail au niveau de l’épanouissement du tourisme dans la Vallée-de-la-Gatineau.

«Notre région a déjà adopté son plan de développement touristique. Nous sommes en avance sur toutes les régions du Québec. Il en a été question la semaine dernière alors que je participais à un forum sur le tourisme dans les Laurentides. On se tourne de plus en plus vers la Vallée-de-la-Gatineau notamment pour ce qui concerne l’aménagement de nos sentiers pédestres. Nous sommes chanceux de pouvoir compter sur APAHG et le PERO qui sont deux organismes différents mais qui se complètent tellement bien. Il faut continuer le bon travail.»

Réflexion stratégique

Les membres de l’assemblée sont demeurés sur place après le dîner au restaurant l’Huile d’olive pour réfléchir sur où on va dans l’avenir en lien avec les autres types d’organisation qui oeuvrent au niveau du plein air en Haute-Gatineau. Étienne Soutière, personne ressource d’expérience dans le domaine du plein air en Outaouais, animait cette rencontre.

«APAHG a repris les guides du FEV. Nous devons continuer de travailler ensemble pour construire l’avenir. Il faut continuer de partager nos expertises dans le but de développer des stratégies de développement», conclut Étienne Soutière.