De gauche à droite : Rémi Lafond, coordonnateur de la CCMVG ; Alain Raymond, président des Toitures Raymond ; Dan Smith, président de la CCMVG.

Chambre de commerce de Maniwaki et la Vallée-de-la-Gatineau : Conférence d’un entrepreneur inspirant

MANIWAKI – Gens d’affaires et élus étaient invités à un dîner-conférence, vendredi 10 novembre, organisé par la Chambre de commerce de Maniwaki et la Vallée-de-la-Gatineau (CCMVG). Il était animé par Alain Raymond, président des Toitures Raymond, et avait pour thème «Planification stratégique : soumission sur un projet majeur».

Alain Raymond, qui a dû quitter l’école à 12 ans, est allé à «l’école de la vie». Cela ne l’a pas empêché à devenir un entrepreneur au parcours exceptionnel qui l’a mené à devenir président associé et fondateur de la compagnie Les toitures Raymond. En parallèle, il n’hésite pas à s’impliquer bénévolement en tant que président de l’Association de la construction du Québec en Outaouais ; président du Groupement des chefs d’entreprises du Québec en 2000 ; président provincial de l’Association des maîtres couvreurs du Québec en 2007 ; mentor pour la Chambre de commerce de Gatineau, c’est-à-dire qu’il apporte ses conseils à des entrepreneurs.

Le Groupe Raymond est une entreprise de la région de l’Outaouais qui œuvre partout dans la grande région de la capitale régionale et aussi en Abitibi. Créée en 1976, l’entreprise de Hull a su se forger une enviable réputation dans le domaine des toitures et des revêtements commerciaux et résidentiels, et ce, grâce à la qualité de ses produits et services, son respect des budgets et des échéanciers ainsi que son remarquable service à la clientèle. Aujourd’hui, ses services sont assurés grâce à ses trois divisions : Les Toitures Raymond et Associés Inc.Revêtements extérieurs Raymond, Entrepreneur général Raymond.

Durant la conférence, Alain Raymond a raconté son parcours et parlé essentiellement de la future construction du nouveau Foyer Père-Guinard, «une aubaine pour Maniwaki». Il a appelé les entrepreneurs de la région «à se mobiliser pour avoir leur part du gâteau. Il faut former des comités, faire des consortiums avec plusieurs entrepreneurs, travailler avec la chambre de commerce et les élus, se prendre en main pour s’assurer d’en profiter».

Outre les entrepreneurs en construction, ce sont aussi les hôtels, restaurants, commerces, qui vont profiter de ce projet. Alain Raymond estime que les retombées positives s’étaleront sur deux à trois ans.