La chorale de KZA a interprété le O’Canada.

Jour du Souvenir à Kitigan Zibi : Une centaine de personnes au cénotaphe

KITIGAN ZIBI ANISHINABEG – Le Jour du Souvenir a été célébré tout simplement au son du tambour algonquin samedi dernier au cénotaphe situé tout à côté du Centre culturel et social de Kitigan Zibi Anishinabeg (KZA).

M. Joe-Louis Morin dépose la lance du combattant au pied du cénotaphe.

La cérémonie, animée par M. Stephen McGregor, a débuté par une prière d’ouverture récitée par Jenny Tenasco. Le O’Canada a été chanté en langue algonquine par la chorale de KZA. Puis la trompette s’est fait entendre pour le «Last Post». Un moment de silence a suivi. Les tambourineurs algonquins ont interprété un air de circonstance. Un chant en hommage aux anciens combattants a été interprété par les artistes tambourineurs.

Le vétéran Joe-Louis Morin a déposé la lance du combattant au pied du cénotaphe. Le texte à la mémoire des anciens combattants a été récité par May McDougall, Kane Dumont et Alison Commando et la chorale de KZA a interprété le chant populaire «Amazing Grace».

Hommage aux anciens combattants

Des corbeilles de fleurs ont été déposées successivement au pied du cénotaphe par la représentante du conseil de bande de KZA, Darlene Twenish ; par Mme Jeanne Odjick pour la Croix d’argent ; Mme Bridget McDougall pour les Dames auxiliaires de la Légion canadienne de Maniwaki ; le caporal Dustin Cote, au nom des vétérans d’Afghanistan, qui était accompagné par l’officier Steve Descarie ; le député de Pontiac William Amos. Le texte «In Flanders Fields» a été lu par Keana McDougall et Eva Racine.

La cérémonie s’est terminée par un léger discours du maître de cérémonie, Stephen McGregor, qui a profité de l’occasion pour inviter la centaine de personnes présentes au repas communautaire à la salle de la rue Fafard.


La Légion canadienne maintient la tradition

MANIWAKI – La mémoire n’est pas une faculté qui oublie pour les administrateurs de la Légion canadienne de Maniwaki qui, malgré le fait que l’édifice soit fermé au public à la suite de l’inondation du printemps dernier, ont tenu à ce que la cérémonie du Jour du Souvenir soit présentée, comme d’habitude, samedi dernier au 1, rue du Souvenir à Maniwaki.

La députée-ministre Stéphanie Vallée dépose une couronne de fleurs au pied du cénotaphe de la Légion canadienne de Maniwaki.

D’anciens combattants ont accepté de participer à cette cérémonie qui était animée par M. Patrick Morgan. Il en va de même pour le Corps de cadets 2855 de Maniwaki et de quelques membres de la Chorale de l’Assomption de Maniwaki dirigés par Lucille Martel. La cérémonie a débuté par l’interprétation du O’Canada par les jeunes membres du Corps de cadets 2855 de Maniwaki. La députée-ministre Stéphanie Vallée et le député fédéral de Pontiac, William Amos, ont été invités à dire quelques mots aux participants en plus de déposer une gerbe de fleurs au pied du cénotaphe. Le maire de Maniwaki, Francine Fortin, qui en était à sa première sortie, s’est également adressée aux participants. Le sergent Mélissa Holmes, du Corps de cadets 2855 de Maniwaki, a récité le poème du Jour du Souvenir. Le «Last Post» a suivi de même que deux minutes de silence à la mémoire des anciens combattants. La chorale de l’Assomption a par la suite interprété un chant de circonstance.

Les couronnes de fleurs

Puis, plusieurs personnalités ont été invitées à déposer les couronnes de fleurs au pied du cénotaphe. Dans l’ordre, on a pu reconnaître le député William Amos qui s’est exécuté au nom du gouvernement du Canada. Il a été suivi de Mme Stéphanie Vallée au nom du gouvernement du Québec, du maire de Maniwaki, Francine Fortin, Mme Beverley Watson pour la Croix d’argent dédiée aux mères qui ont perdu un enfant à la guerre, M. Marc Begley au nom de la Légion canadienne de Maniwaki, monsieur Gosselin au nom des vétérans de la guerre en Afghanistan, M. Francis McDougall au nom de Kitigan Zibi Anishinabeg, M. Dale Shean pour la Gendarmerie Royale du Canada, le sergent Mélissa Holmes pour le Corps de cadets 2855 de Maniwaki.

La cérémonie s’est terminée par un chant interprété par les membres de la chorale de l’Assomption.


Rénovation de la Légion canadienne : Maniwaki, Québec et Ottawa sont impliqués

MANIWAKI – Avant que les invités ne se dispersent au terme de la cérémonie du Jour du Souvenir à la Légion canadienne de Maniwaki samedi dernier, le président, Marc Begley, a tenu à informer les gens sur le dossier de la rénovation de l’édifice du 1, rue du Souvenir qui a été inondé le printemps dernier.

Marc Begley, président du conseil d’administration de la Légion canadienne de Maniwaki.

«C’est lent, mais ça bouge ! Il faut dire que 5 300 édifices ont été inondés le printemps dernier au Québec. Nous avons rencontré des représentants du ministère de la Sécurité publique à Gatineau en octobre dernier. On nous a promis de l’aide. Nous avons reçu un chèque la semaine dernière avec une lettre nous précisant qu’une offre finale nous serait faite très bientôt concernant notre demande d’aide financière à la rénovation de notre bâtiment», précise Marc Begley.

Les pourparlers sont d’ailleurs maintenus avec les représentants de la Ville de Maniwaki et des gouvernements du Québec et du Canada. «Je crois bien que nous allons trouver une solution à long terme. Même si le bâtiment est fermé, la Légion vit toujours dans nos cœurs et nous n’abandonnerons pas», ajoute Marc Begley.

Aide financière à venir

Les dommages au bâtiment ont été évalués à quelque 200 000 $ selon l’estimation d’un entrepreneur qui s’y connaît dans le domaine. «Nous continuons de soutenir notre Légion et on abandonnera jamais ce dossier», conclut Marc Begley.


Des cartes postales envoyées aux anciens combattants

MANIWAKI – À l’Académie du Sacré-Cœur, les élèves des trois classes d’Envolée ont écrit de nombreuses cartes postales pour les anciens combattants, les remerciant pour leur courage et leur sacrifice afin de défendre leur pays. Certains élèves sont également allés se recueillir au cénotaphe de la Légion canadienne à Maniwaki.